frame blue02.png

Traduction " Siege of Tiber"



Le siège de Tiber, qui dura de 2732 à 2736, est resté dans les mémoires comme la lutte héroïque menée par l'armée de l'UEE pour empêcher les Vanduuls d'envahir le système, et comme étant la plus longue bataille ininterrompue jamais égalé depuis entre les deux forces. Bien que Tiber ait fini par tomber aux mains des envahisseurs Vanduuls, l'armée de l'UEE ne considère pas cette campagne comme une perte totale. Une grande partie des connaissances de l'humanité sur les stratégies et tactiques militaires Vanduuls ont été acquises au cours de ces quatre longues et sanglantes années de conflit.


Beaucoup considèrent que le premier contact de l'humanité avec les Vanduuls a eu lieu en 2681, lorsque la colonie d'Armitage dans le système d'Orion fut attaquée, prélude aux attaques sporadiques qui ont suivi au cours des décennies suivantes. La brièveté et la férocité de ces attaques ont souvent empêché l'UEE de recueillir des renseignements définitifs sur les Vanduuls, mais en 2688, le Dr Arlow Gellis, anthropologue de renom, publia une étude révolutionnaire sur la dynamique sociale des Vanduuls, intitulée Théorie des clans. Le Dr Gellis affirmait que les forces Vanduuls n'étaient pas organisées sous un gouvernement conventionnel, mais qu'elles étaient composées de clans de tailles et de forces diverses, identifiables par les marques apposées sur leurs vaisseaux. Ces clans opéraient généralement indépendamment les uns des autres, mais il leur arrivait d'unir leurs forces, comme lors de l'attaque coordonnée sur Orion en 2712, qui chassa finalement l'humanité du système. Après la défaite, les forces de l'UEE se sont repliées sur Tiber pour préparer une ligne défensive secondaire, mais les Vanduuls n'ont pas poussé leur avantage. Au lieu de cela, ils sont restés dans le système Orion, récoltant les ressources du système.


La Navy de l'UEE renforça ses forces dans le système Tiber et surveilla avec anxiété le point de saut vers Orion, certaine qu'une attaque était imminente. Certains historiens militaires ont même affirmé que la Navy mena plusieurs expériences secrètes qui n'ont pas réussi à faire effondrer le point de saut Tiber-Orion. Puis, le 4 février 2726, un chasseur léger Vanduul (désignation militaire "Blade") fut repéré dans le système. Les forces de la Navy se précipitèrent pour contenir le chasseur, qui a finalement disparu. Peu de temps après, les Vanduuls sont apparus en nombre croissant et, à la fin de l'année, de petits raids claniques avaient lieu à une fréquence irrégulière, comme les attaques sur Orion à l’époque. Souvent, des mois passaient sans incident. Ce schéma d'engagement a duré jusqu'au 19 avril 2732, lorsqu'un grand clan Vanduul est entré dans Tiber et attaqua les forces de l'UEE qui surveillaient la zone immédiate du saut. Lorsque des clans plus petits qui suivaient de près se joignirent au combat, les forces de l'UEE prirent la fuite et cédèrent le contrôle du point de saut Tiber-Orion aux Vanduuls. Le siège de Tiber commença officiellement.



FLOTTE EN DEVENIR

Le Haut-Commandement confia au Grand Amiral Tesca Halimeade la tâche peu enviable d'expulser les Vanduuls de Tiber. Bien qu'Halimeade en sache autant, sinon plus, sur les Vanduuls que n'importe qui d'autre dans la Navy grâce à son étude approfondie des documents universitaires et des rapports d'après-action, il est toujours considéré comme un choix controversé pour avoir diriger la campagne. Ses connaissances approfondies étaient largement respectées, mais les critiques qualifiaient le Grand Amiral Halimeade de commandant "de classe" parce qu’il n'avait pas glané ses connaissances par l'expérience du combat.


Le Grand Amiral Halimeade tripla d'abord le nombre de troupes gardant les sauts vers Virgil et Oberon. Puis il amarra son vaisseau, l'UEES Aquilon, au plus grand chantier naval du système, INS Aniene, pour défendre le point de saut vers Virgil. Il garda des vaisseaux capitaux amarrés à des stations spatiales stratégiques à travers Tiber tandis que de plus petites flottes patrouillaient comme des unités de guérilla. Ces patrouilles recevaient des instructions spécifiques sur le moment d'engager et de fuir les forces Vanduuls. Les règles d'engagement variaient grandement en fonction de la taille de la force et de l'objectif, mais en pratique, la politique consistait généralement à attaquer que si la force navale était supérieure en nombre. Moqué en raison de sa stratégie de type "run, don’t gun", le Grand Amiral Halimeade défendit sa position en affirmant qu'il sauvait les pilotes en les poussant vers des engagements qu'ils pouvaient gagner.


Cette stratégie d'engagement prudente permit aux Vanduuls d'étendre lentement leur emprise sur le système. Au milieu de l'année 2733, Tiber II était devenu un féroce champ de bataille où divers clans se disputaient le contrôle des stations spatiales et des avant-postes établis. Pourtant, la plupart des vaisseaux capitaux de l'UEE restaient amarrés dans des stations spatiales bien défendues, suscitant de vives critiques de la part d'autres généraux qui estimaient que les Vanduuls se retranchaient dans le système. Ce n'est qu'en privé que le Grand Amiral Halimeade révéla à ses conseillers la véritable raison pour laquelle il ne voulait pas engager toutes ses forces contre les Vanduuls : il gardait l'espoir que la diplomatie permettrait de trouver le moyen de mettre fin à la guerre. "Ce dont j'ai besoin, c'est de renseignements et de temps pour trouver comment les atteindre (les Vanduuls)", a-t-il écrit à un confident. "Si nous nous engageons pleinement dans la guerre, alors la guerre totale est la seule voie possible."


Au début de l'année 2734, les Vanduuls commencèrent à pousser plus agressivement sur Tiber II. Des vidéos de moissonneuses Vanduuls en train de dévorer Tiber II ont été diffusées sur pectrum et ont fait sensation dans tout l'empire. Sentant que sa maîtrise du système lui échappait, le Grand Amiral Halimeade a réagi en déployant finalement l'UEES Aquilon et un important contingent de forces de l'UEE près de la planète. Les clans Vanduuls, réclamant un combat, se sont lancés avec empressement dans l'affrontement avec cette grande flotte. Les avant-postes Vanduuls étaient ainsi peu gardés et les escadres d'attaque de l'UEE ont pu effectuer des bombardements aériens qui ont dévasté la plupart d'entre eux. Bien qu'il s'agissait d'une victoire, cela s'est également avéré être une provocation qui ne resterait pas sans réponse.


Les clans qui ont été dévastés par les bombardements aériens ont fui le système, tandis que d'autres sont arrivés pour réclamer ce qui avait été abandonné. Des rapports navals déclassifiés indiquent que le nombre de Vanduuls a en fait augmenté après les bombardements aériens sur Tiber II. Le Grand Amiral Halimeade dispersa ses vaisseaux capitaux pour essayer de répéter le succès. Il utilisait des vaisseaux comme leurres pour inciter les clans à les poursuivre dans le système, tandis que les équipes de frappe frappaient les cibles exposées par cette distraction. Les renseignements recueillis et les tactiques de combat testées pendant cette période ont permis aux militaires de mieux comprendre les Vanduuls. La Navy a même récupéré plusieurs stations spatiales perdues, mais cela s'est avéré être trop peu, trop tard.


En novembre 2735, les services de renseignements de la Navy ont appris qu'un grand clan Vanduul se rassemblait dans une partie inattendue du système. Le Grand Amiral Halimeade rassembla une petite force autour de l'UEES Aquilon et alla évaluer la situation personnellement. Il découvrit que les Vanduuls se déversaient par un point de saut inconnu dans le système qui fut nommé Vector, à peu près au même endroit où le premier vaisseau éclaireur Vanduul avait disparu il y a des années. Quelques instants après son arrivée, l'équipe de reconnaissance fut découverte et tomba dans une embuscade. Les forces Vanduuls détruisirent l'UEES Aquilon, tuant tout le monde à bord, y compris Halimeade. Les quelques vaisseaux survivants retournèrent à l'INS Aniene.



CAUSE PERDUE

La perte du Grand Amiral Halimeade mis la Navy en émoi et le Haut-Commandement nomma l'Amiral Mira Triolo, un fervent critique de la stratégie d'engagement mesuré d'Halimeade, comme nouveau commandant dans Tiber. Le nouvel amiral consolida ses forces avec une énorme flotte destinée à défier directement les Vanduuls. Sa première rencontre majeure s'est soldée par la perte de milliers de starmen et de trois vaisseaux de classe capitale. Sans se décourager, l'amiral Triolo continua d'affronter directement les Vanduuls et, dans un geste qui sera plus tard très critiqué, ordonna le redéploiement des renforts du système Virgil pour renforcer son offensive.


En 2736, la guerre pour Tiber atteignit son paroxysme. L'Imperator Galor Messer IX ordonna personnellement une campagne massive de bombardements aériens sur Tiber II, convaincu que le contrôle de la planète limiterait la capacité des Vanduuls à réapprovisionner leurs machines de guerre. Au lieu de cela, cette campagne transforma la planète en un terrain vague qui lui a valu l'épithète de "tombeau". Puis, le 29 décembre 2736, un vaisseau capital vanduul de classe "Kingship" est arrivé d'Orion. Identifié comme l'un des plus grands et des plus anciens clans répertoriés par les militaires, le kingship mena une attaque contre l'INS Aniene. Malgré une résistance courageuse, la moitié des forces de la Navy dans le système fut perdue au cours de la bataille. La ligne navale ayant été brisée et les vaisseaux mis en déroute, l'amiral Triolo ordonna aux forces de se replier sur Virgil. L'amiral Triolo pensait que les Vanduuls resteraient dans Tiber pour détruire le système, comme ils l'avaient fait dans Orion, mais les Vanduuls les suivirent. Ils prirent le contrôle du point de saut Tiber-Virgil et envoyèrent des éclaireurs à travers le système. Quelques jours plus tard, le 2 janvier 2737, une vaste flotte Vanduul pénétra dans Virgil. L'amiral Triolo réussit à ralentir son avance, gagnant un temps précieux pour couvrir la retraite de plus d'un million de réfugiés, mais Virgil tomba rapidement.


Si le siège de Tiber reste dans les mémoires comme une campagne militaire ratée visant à sauver le système, nombreux sont ceux qui considèrent qu'il s'agit d'une période inestimable dans la guerre contre les Vanduuls, grâce aux leçons tirées du siège, qui sont encore utilisées aujourd'hui.

23 vues

Posts récents

Voir tout