top of page
frame blue02.png

Petit Glossaire sur l'Astronomie dans Star Citizen


Avant-propos

Cette page centralise les différentes infos et concepts concernant ce vaste sujet qu’est l’Astronomie ou l'espace d'une manière générale dans le jeu Star Citizen. Il faut noter que bien que les développeurs s'inspirent de la réalité, Star Citizen reste un jeu où certaines lois de la physique seront adaptées pour permettre certains gameplays et qu'ils soient tout simplement jouable, ils mettent en place des concepts de science fiction classique et s'inspirent de classifications fictives comme celles d'Asimov concernant les étoiles.

Il faut noté que les mots usuels en anglais ont ma préférence pour le classement alphabétique.

Une grande partie des textes qui suivent sont la compilation et la traduction de passages des "The Loremaker's Guide to the galaxy" et du Galactapedia.



-L’âge d'un système pour abriter la vie Quand vous voulez savoir si un monde peut abriter la vie, regardez l’âge de l’étoile et dans quel cycle de sa vie elle se trouve. Nous pensons qu’il faut environ deux milliards d’années pour qu’une vie évolue naturellement sur toute planète, parce que c’est ce qu’il a fallu sur la nôtre. Il se peut que d’autres formes de vie se développent plus vite, mais nous n’en savons rien à cause de la taille de la galaxie et de l’univers. -Amas ou Cluster :

un Amas n'est pas une ceinture dans le sens que son anneau est incomplet, il ne fait pas le tour du plan orbital.


-Amas stellaire

Un amas stellaire est une concentration locale d'étoiles d'origine commune et liées entre elles par la gravitation, dans un espace dont les dimensions peuvent atteindre 200 pc.



-Axe magnétique

Cet axe verticale Nord/Sud indique un plan horizontale différent que celui du plan de l’écliptique.

Peu ou pas d’application pour les planètes communes, par contre étant donné que l’influence magnétique d’une étoile ou même celle d’une géante gazeuse ont des conséquences sur le système planétaire, il peut être intéressant d’avoir connaissance des axes sur lesquels seront basés les champs magnétiques.

-Barycentre:  Exemple avec Goss

Comme vous pouvez le voir depuis la vue orbitale, les planètes du système Goss ne passent pas entre les étoiles, mais gravitent autour dans ce qui est nommé une orbite circumbinaire, aussi connue comme "de type P". Il y en a d’autres types, comme les type-S où les planètes gravitent autour d’une étoile seulement. Ou vous avez une des étoiles binaires au centre, et une autre qui gravite autour d’une planète. Elles sont alors très éloignées, mais dans le système Goss les étoiles sont proches et gravitent autour d’un barycentre qui est le centre des masses entre deux corps ou plus dans l’espace. Tout ce qui a une orbite a un barycentre. Comme la Terre et la Lune. Enfin, tout ce qui a une orbite avec un barycentre n’est pas ainsi. La Terre et la Lune ont un barycentre mais il est tellement profond dans la Terre qu’on dirait que la Lune orbite autour de la Terre à son point central.

Il y a d’autres cas comme Charon et Pluton qui ont un barycentre extérieur on dirait qu’ils orbitent l'un autour de l’autre, comme ici dans le système Goss.

Cherie Heiberg
Cherie Heiberg

Les étoiles binaires sont cools (c'est pas moi qui le dit c'est Cherie) et communes dans l’univers, mais bizarrement, l’UEE n’a pas trouvé beaucoup de points de sauts menant à ce type de système.


-Buoy (bouée/navigation)

Une bouée est un objet positionné en un point fixe de l'espace. Les bouées sont le plus souvent utilisées pour marquer des points d'intérêt spécifiques dans l'espace, soit pour avertir les vaisseaux spatiaux d'un danger particulier, comme un champ d'astéroïdes, soit pour soutenir la navigation vers des espaces difficiles à détecter, comme des voies de navigation ou des points de saut. Les bouées sont également utilisées pour transmettre des communications et fournir une alerte précoce aux organisations militaires et policières.


-Calcul de la taille d'un système : La longueur d'un système est donnée en UA (Unité Astronomique, distance Terre/Soleil). Pour son calcul est pris en compte la longueur suivante: de l’étoile à la planète la plus lointaine du système (connue). Source: lore de Tiber Par exemple dans le cas de Stanton qui a une taille de 5 UA, il s'agit en fait du rayon, son diamètre est de 10 UA donc quand certains systèmes ont une taille de plus de 200 UA...


-Céphéide ou étoile variable (étoile du système Nul)

Une céphéide est une étoile variable, géante ou supergéante jaune, de 4 à 15 fois plus massive que le Soleil et de 100 à 30 000 fois plus lumineuse, dont l'éclat varie de 0,1 à 2 magnitudes selon une période bien définie, comprise entre 1 et 135 jours, d'où elle tire son nom d'étoile variable. Elles ont été nommées d'après le prototype que constitue l'étoile δ de la constellation de Céphée. L'Étoile polaire est une céphéide (du moins jusqu'en 1994 où il est apparu que son éclat était devenu stable, sans explication à ce changement — voir Alpha Ursae Minoris).

Jeune mais de structure plus évoluée que le Soleil, une céphéide doit son énergie lumineuse aux réactions de fusion nucléaire qui dans sa région centrale transforment de l'hélium en carbone. On doit à Arthur Eddington (1926) une première explication des variations de luminosité. La partie externe de l'étoile se contracte et se dilate alternativement, du fait d'un déséquilibre auto-entretenu des forces liées à la pression du gaz et à la gravité. Ces mouvements s'accompagnent de changements de température responsables de la variation périodique de la luminosité. La période de variation d'éclat d'une céphéide représente environ deux fois le temps mis par une onde de pression pour se propager du centre de l'étoile à sa surface ; elle dépend de l'état du milieu traversé par l'onde et constitue de ce fait une source précieuse d'informations sur la structure interne de l'étoile. Les céphéides sont classées en deux populations : les type I et les type II

Céphéides de type I

Les céphéides de type I, aussi appelé céphéides classique, sont des étoiles de population I avec une période de pulsation allant de quelques jours à quelques semaines.


Céphéides de types II

Ce sont des céphéides issues d'étoiles de population II donc plus vieilles, pauvres en métaux et de faible masse.

Source Wikipedia



-Champ magnétique stellaire

C’est un champ magnétique généré par le mouvement du plasma à l'intérieur d'une étoile. Le champ magnétique stellaire peut également désigner le champ magnétique entourant un objet compact comme un trou noir.


Le champ magnétique d’une étoile est le moteur de cette éjection massive de plasma. Il engendre la magnétosphère des étoiles. Il est lié à plusieurs phénomènes énergétiques de ces dernières tels la production d'une couronne, d'un vent ou d'éruptions. En plus de leur dangerosité pour la navigation (Interférences, rayonnement mortel…), il semble qu’il existe un lien avec la formation des Jump Points.



-Champ Chan-Eisen

Il permet aux vaisseaux spatiaux de voyager à environ 20 % de la vitesse de la lumière.


-Coil, The

C'est une zone située dans le système Odin (que l’on a pu découvrir dans la vidéo de Squadron 42 lors du Livestream de Noël 2017). Il s’agit plus précisément d’une nébuleuse planétaire issue de l’explosion d’une planète. En fait l’étoile Odin est devenue ce que l’on appelle en astronomie une nova et, Odin I qui était la planète la plus proche de l’étoile a subit de plein fouet cette catastrophe.

C'est un environnement instable avec très peu de visibilité, de nombreux débris de toutes tailles, d’astéroïdes plus ou moins imposants dérivent au gré de leurs collisions. De plus cette région tire son nom des décharges électromagnétiques, les arc-charges, qui peuvent frappées à tout moment et qui, au mieux, paralysent les systèmes de votre vaisseau sans parler des coms qui sont de base HS, donc si vous avez un problème là-bas vous aurez du mal à demander de l'aide.


-Dead zone/Dead region

Région de l’espace où il est impossible d’émettre ou de recevoir.



-Developing System

Un système en développement est un système planétaire sous la protection du Fair Chance Act. Sous cette désignation, l'Empire-Uni de la Terre (UEE) agit en tant qu'intendant et protecteur du système pour permettre aux planètes qui abritent une vie sentiente ou avec du potentiel de se développer sans interférence extérieure. Pour bénéficier de ce statut protégé, les êtres de ce système ne doivent pas encore avoir effectué de vol spatial. Le contact avec les habitants du système, ainsi que la terraformation et l'exploitation minière de toute sorte, sont interdits.



-Disrupted Planet

Le terme " disrupted planet " fait référence aux planètes qui ont été détruites ou "perturbées" par un autre corps astronomique.



-Écliptique

Projection, sur la sphère céleste, de la trajectoire annuelle apparente du Soleil.


Le plan écliptique est, de manière absolue, le plan géométrique contenant l’orbite de la Terre autour du Soleil. D'un point de vue géocentrique, l’écliptique est le grand cercle représentant la projection, sur la sphère céleste, de la trajectoire annuelle apparente du Soleil vue de la Terre.

En jeu, la plupart des planètes vont être sur ce plan dit écliptique, c’est le plan de référence du système de coordonnées célestes dit système de coordonnées écliptiques. Par contre à proximité d’un corps, un autre système de coordonnées prendra le pas, celui du système locale



-Espace Temps

En relativité restreinte, l'espace-temps a quatre dimensions : trois d'espace et une de temps. Il en est de même en relativité générale. Mais, dans le cadre de théories spéculatives, l'espace-temps peut avoir une ou plusieurs dimensions additionnelles comme celle de la théorie des cordes qui en possède dix. Étant donné qu’il existe des anomalies sous la forme de Jump Points (trous de vers) qui semblent transformer le verse en gruyère, il semble que les lois de la relativité générale ne s’appliquent plus.



-Exoplanète

Ou planète extrasolaire, est une planète située en dehors du Système solaire.



-Fair Chance Act

Cette planète comporte une forme de vie en voie de développement, son accès est limité, voir même interdit.



-Formation d'astéroïdes :

C’est un objet astronomique composé d'astéroïdes, de planétoïdes et d'autres petits corps rocheux qui ne sont ni des planètes ni des lunes. Il est souvent disposé en ceinture autour de l'étoile ou des étoiles centrales en raison de la formation gravitationnelle, ce qu'on appelle une ceinture d'astéroïdes.


Exemples notables :

Aaron Halo : une ceinture d'astéroïdes dense en forme de tore qui empêche le voyage quantique standard entre Hurston et ArcCorp.

The Coil : Un amas d'astéroïdes qui est plutôt un "phénomène électrique" que l'on pense être les restes de la première planète du système.



-Géante Gazeuse

Planète géante composée essentiellement d'hydrogène et d'hélium. Les géantes gazeuses ne sont constituées de gaz que sur une certaine épaisseur, en dessous leur matière est liquide ou solide.



-Géante de Glaces

Planète principalement constituée de composés volatils tels que l'eau, le méthane ou l'ammoniac. Ces matériaux sont appelés glaces en astrophysique, quel que soit leur état (solide, liquide...).

-Horus ou les naines rouges

 C'est une étoile de séquence principale M-Type, qui est populairement connue sous le nom de naine rouge. Ces étoiles sont intéressantes, elles sont parmi les plus courantes de la galaxie, elles ont la durée de vie la plus longue, nous n'avons encore jamais assisté à la disparition de l'une d'entre elles, ce qui est incroyable, pour les plus anciennes elles ont des milliards et des milliards et des milliards d'années, beaucoup d'autres types d'étoiles meurent, mais jamais une naine rouge.

Quand elles naissent, elles sont souvent très instables et génèrent beaucoup de radiations lors de crises spectaculaires, ce qui est exactement la situation dans le système Pyro. Les jets de radiations peuvent traverser un système jusqu'à ses confins et anéantir toutes formes de vie sur les planètes qui croiseraient leur chemin. Elles rendent les systèmes inhabitables, hostiles et impropres à l'exploration ou une quelconque activité. Mais l'étoile du système Horus a laissé depuis longtemps son adolescence explosive, normalement! Cette période a tendance à durer environ 1,2 milliards d'années, puis elles deviennent stables et permettent ainsi le développement de la vie. Elles sont cools (Cherie again...), elles ont tendance à être moitié moins chaudes que les étoiles comme notre soleil, qui sont des étoiles de séquence principale de type G: les naines jaunes (bon dans la vrai vie, c'est entre 0.3 et 4% en fait, mais ça veut simplement dire que la zone habitable est très proche de l'étoile, sympa si madame fait sa crise...). Les planètes qui sont proches de ce type d'étoile sont toujours en orbite géo-synchronisée, elles présentent toujours le même côté à leur étoile.


-Identification

« Une fois que l'identification a été faite, un point d'intérêt représentant la découverte apparaîtra sur la carte de navigation du joueur. À ce stade, l'information peut être partagée avec d'autres joueurs ou vendue à un courtier en information », T. Zurovec à propos du télescope de l’Endeavor.

-Interspace : L'Interspace ( SRX: ka’Xa ) est la zone entre deux points de saut, l’intérieur du trou de vers.


-Jump Points ( SRX : uingka'Xa ou uingXa )

Ce sont des trous de vers hyper-stables apparaissant entre deux puits de gravité voisins, tels que ceux des étoiles, des trous noirs, etc. Ils permettent un déplacement quasi instantané entre les deux puits de gravité. Un tunnel d’une dimension supérieure relie les deux entrées. Les points de saut sont un phénomène naturel.

Sans point de saut, les déplacements inter-systèmes seraient presque impossibles. Même à 0,2 c. Il faudrait des décennies, voire plus, pour aller vers un nouveau système . Il existe plusieurs tailles de points de saut; la taille du point de saut correspond à la taille maximale d'un vaisseau capable de le traverser.


Formation et structure :

Bien que les deux extrémités d’un même passage soient liés, les interférences gravitationnelles dues à la présence d'un objet assez massif, tel qu'une géante gazeuse, peuvent modifier radicalement l'équation et positionner ainsi les points d'entrée plus loin de l'étoile. Les systèmes stellaires sans puits de gravité massifs autres que l’étoile centrale doivent permettre la formation de points de saut beaucoup plus stables et plus sûrs (ça aide mais c’est pas forcément le cas).


Les points d'entrée / de sortie sont reliés par un tunnel à quatre dimensions qui traverse une zone appelée Interspace. Étant supradimensionnels, les tunnels réduisent la distance entre les puits de gravité d’un facteur quasi infini, rendant les temps de parcours proches de zéro, mais ils ne sont pas totalement instantanés ni simple à traverser.


En voyageant

Voyager par des points de saut n'est pas complètement sûr. Tenter une sortie prématurée du trou de ver pourrait désagréger le vaisseau immédiatement. Les points de saut sont également soumis à des courants de gravitation qui poussent les corps étrangers vers la sortie. Cependant, l'interspace n'est pas complètement vide et une collision avec certaines particules macromoléculaires pourrait supprimer les boucliers du vaisseau et entraîner la mort immédiate de l'équipage.


Le pilote doit surfer sur les ondulations de l’interspace sans entrer en collision avec les parois du tunnel. Les points de saut déjà connus ont été cartographiés et peuvent être parcourus en pilote automatique.


Trivia Les scientifiques de l'UEE étudient les voyages dans l’interspace depuis des siècles et tentent toujours de comprendre pourquoi des points de saut apparaissent là où ils se trouvent dans l'espoir d'améliorer leur détection (ainsi que leur création éventuelle), mais ils n’ont jusqu'à présent jamais réussi.



-Jump Tunnel

Un tunnel de saut (trou de ver traversable) est une caractéristique topologique naturelle de l'espace-temps qui permet de voyager de façon ultra-vite dans l'espace intersidéral sur de grandes distances. Les tunnels de saut permettent aux civilisations spatiales de voyager facilement et rapidement vers d'autres systèmes planétaires qui ne seraient normalement accessibles qu'après des années, voire des décennies de voyage quantique. Bien que les tunnels de saut puissent être stabilisés et aient souvent une durée de vie incroyablement longue, ils sont connus pour s'effondrer sans prévenir.



-Jupiter Chaud

Géante Gazeuse de masse comparable ou supérieure à celle de Jupiter (1,9×1027 kg) dont la température est supérieure à ~1000 kelvins (~730°C). Les plus chaudes sont appelées Jupiter ultra-chauds



-Jupiter Froid

Un Jupiter froid est une planète géante gazeuse qui orbite à une distance relativement importante de son étoile. Ces planètes sont donc d'une masse similaire à celle de Jupiter et ont des températures relativement faibles.



-Lanes (eng) ou Voies (Navigation)

Les voies, ou voies spatiales, sont les voies de transit courantes des engins spatiaux dans les systèmes. Ils sont le plus souvent utilisés par les engins spatiaux commerciaux transportant des marchandises ou des passagers, ainsi que par des vaisseaux militaires et autres. À quelques exceptions près, les voies sont généralement le chemin le plus court entre deux points pouvant être parcourus en toute sécurité. Les voies sont considérées comme les zones les plus sûres pour les déplacements dans le système, par nature elles ont plus de trafic et leur taux de patrouille de sécurité plus élevé dissuadent tous les pirates, sauf les plus audacieux.


-La limite de Roche:

La limite de Roche ou le rayon de Roche, pour simplifier c'est le point où la gravitation planétaire est le plus intense. Si, par exemple, un satellite naturel, un morceau de la lune ou des débris spatiaux se situent à l'extérieur du rayon de Roche, alors ils attirent vers eux les autres objets avoisinants. D'où la présence des magnifiques anneaux d'Aremis. Source: lore de Vega

-Mésoplanète

Néologisme proposé par l'auteur de science-fiction Isaac Asimov pour désigner les corps célestes de taille inférieure à celle de Mercure, mais plus volumineux que Cérès.



-Naine brune (Gonn/Oberon I)

Une naine brune est un astre étrange qui peut être considéré comme une « étoile ratée » : elle n'est pas assez massive pour devenir une étoile, mais est plus massive qu'une planète. (Sources : NASA/ESA/A. Simon, centre spatial Goddard de la NASA, Agence spatiale canadienne)



-Naine de Gaz ou naine gazeuse

Mini-Neptune, encore appelée (planète) naine gazeuse ou (planète) gazeuse naine, est une planète dont la masse est significativement inférieure aux masses des planètes Neptune et Uranus de notre Système solaire mais qui est néanmoins similaire à Neptune dans la mesure où elle possède une épaisse atmosphère d'hydrogène et d'hélium au-dessus d'un profond manteau d'eau, d'ammoniac et d'autres composés volatils.



-Nomenclature

Ils partent du principe que l’étoile principale aura le même nom que le système.

Les planètes ont chacune un chiffre romain associé.

Ainsi, la première planète du système X Un, s'écrira X I et pour X Deux ce sera X II.

Puis nous avons les lunes qui s'écrivent avec un chiffre normal suivies d’une lettre.

Donc, si X I possède une lune, ce sera X 1a

Enfin, les ceintures d'astéroïdes sont répertoriés avec l’alphabet grecque.

Ce qui donne la ceinture d'astéroïdes Alpha, Beta, et autres joyeusetés.


-Objet ou Corps Céleste

Un objet céleste est un objet quelconque de l'Univers.



-Olympus Pool (Goss):

Visible ci-dessous en haut à gauche de l'image.

Je veux insister sur le fait que ce n’est pas une nébuleuse. Contrairement aux croyances, elles apparaissent denses depuis la Terre et depuis d'autres planètes mais ce n’est pas le cas quand vous vous rapprochez. Vous flottez dans l’espace normal pas dans un nuage géant de poussière colorée. Ce n'est juste pas ainsi que cela fonctionne (dixit Cherie).


-Orbital platform :

Une plate-forme orbitale est une station spatiale, généralement construite dans un seul but, qui orbite autour d'un corps céleste tel qu'une planète, un astéroïde ou une étoile. Les plates-formes orbitales ont été utilisées comme bases pour les raffineries de carburant, les opérations de terraformation, les bombardements orbitaux, les opérations minières, le contrôle des frontières, les chantiers navals et les centres d'expédition, entre autres choses.



-Orbital velocity :

Plus un objet est proche de son entité gravitationnelle, plus il doit se déplacer rapidement pour maintenir son orbite. Les objets plus éloignés de leur entité gravitationnelle orbitent à une vitesse plus lente. La vitesse orbitale de Mercure est de 47,9 km/s. La vitesse orbitale de Neptune est de 5,4 km/s.



-Orbite

Trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.



-Périhélie

Point de l'orbite d'une planète qui est le plus proche du Soleil ( contraire aphélie).



-Piracy (space)

La piraterie (spatiale) est un acte de vol organisé et de violence criminelle commis par des attaquants basés sur des engins spatiaux. Les actes de piraterie peuvent aller de l'attaque ponctuelle d'un vaisseau spatial par une seule personne à des opérations extrêmement organisées et planifiées qui font appel à des dizaines de pirates et à plusieurs vaisseaux spatiaux. La piraterie tend à se développer dans les systèmes non revendiqués ou à l'écart des lignes de transit fréquemment empruntées. Elle se concentre généralement sur le vol des cargaisons et/ou des vaisseaux spatiaux des transports commerciaux.



-Planète de carbone

Type hypothétique de planètes théorisé par l'astrophysicien Marc Kuchner et l'astronome Sara Seager, dont les composés carbonés (carbures et carbonates) sont les constituants principaux.



-Planète Chthonienne

Résidu planétaire d'une ancienne Géante Gazeuse de type Jupiter chaud [B] dont l'atmosphère d'hélium et d'hydrogène se serait évaporée du fait de sa proximité avec son étoile. L'astre résultant n'est plus qu'un noyau rocheux ou métallique ressemblant à une planète tellurique sous bien des aspects.



-Planète de Lave

Planète tellurique dont la surface est majoritairement ou intégralement recouverte de lave (roche fondue).



-Planète sans noyau

Planète tellurique qui ne possède pas de noyau métallique en son coeur. Une telle planète n’est qu'un épais manteau rocheux allant des couches supérieures de la planète jusqu'à son centre.



-Planète Naine

Objet céleste du Système solaire de classe intermédiaire entre une planète et un petit corps du Système solaire.



-Planète Tellurique (ou rocheuse)

Planète de densité relativement élevée, comprise entre 4 et 5,7, composée essentiellement de roches et de métal qui possède en général trois enveloppes concentriques (noyau, manteau et croûte). Sa surface est solide et composée principalement de matériaux non volatils, généralement des roches silicatées et du fer métallique.



-Planète terrestre naturellement habitable (naturally habitable terrestrial planet)

Planète qui n’a pas nécessité la mise en place d’un programme de terraformation pour sa colonisation. Elles sont rares dans le verse et permettent de réduire les coûts et le temps d’installation des colonies comme des industries. Exemple : Nexus III.



-Planétoïde

C’est un autre nom pour un astéroïde. Le titre de planétoïde est généralement réservé aux grands astéroïdes, qui sont remarquables d'une certaine manière, soit ceux qui abritent une colonie, soit ceux qui ont une apparence unique ou qui sont fréquemment visités et sur lesquels on se pose pour une raison quelconque. Les deux planétoïdes les plus remarquables sont Delamar, qui abrite une colonie d'indépendants radicaux, et Space Whale, qui est un planétoïde d'aspect unique fréquemment visité par les touristes.


-Planètes et autres corps errants:  Certaines planètes peuvent avoir des orbites non-conformes aux modèles standards suite à leur rencontre, dans un passé lointain, avec un autre corps céleste tel qu'une planète errante ou un trou noir par exemple. Le passage d'un tel corps au sein d'un système peut modifier l'ordre des planètes ou causer des collisions à condition que sa masse soit suffisamment importante. Plusieurs systèmes présentent cette possibilité comme celui de Kayfa. Ce corps peut être ensuite piégé par la gravitation de l'étoile pour finir par se stabiliser dans une orbite excentrique et très éloignée. A l'instar des jump points, des planètes inconnues seront à découvrir dans les confins des systèmes. Systèmes dont la disposition des planètes pourrait indiquer la présence d'une planète errante: -Corel. -Kallis. -Kayfa. Systèmes avec une planète errante: -Min. -Tamsa. NB: ces deux systèmes sont non-seulement uniques dans le lore, mais leur simple existence est une anomalie par rapport aux autres. Clairement leurs présences n'est pas un hasard, c'est certainement liée à la problématique des points de saut, de leur formation, pourquoi ici et pas ailleurs... et il est intéressant de noter que c'est en lien avec des planètes errantes. -Les points de Lagrange:

Ce qu'il faut en retenir par rapport à SC, du moins pour l'instant c'est que certains sont stables et que d'autres non, ils sont parfaits pour y construire une station par exemple et si on doit chercher quelque chose en orbite c'est là-bas qu'il faudra aller en premier, en particulier au niveau de L4 et L5. Un point de Lagrange (noté L1 à L5), ou, plus rarement, point de libration, est une position de l'espace où les champs de gravité de deux corps en mouvement orbital l'un autour de l'autre, et de masses substantielles, fournissent exactement la force centripète requise pour que ce point de l'espace accompagne simultanément le mouvement orbital des deux corps. Dans le cas où les deux corps sont en orbite circulaire, ces points représentent les endroits où un troisième corps, de masse négligeable, resterait immobile par rapport aux deux autres, au sens où il accompagnerait à la même vitesse angulaire leur rotation autour de leur centre de gravité commun sans que sa position par rapport à eux n'évolue. Au nombre de cinq, ces points se scindent en deux points stables dénommés L4 et L5, et en trois points instables notés L1 à L3. Par exemple le Cluster Alpha à proximité de Kabal III est positionné au niveau de L4 ou L5. À voir comment ils vont gérer exactement les forces à l'origine de ces points dans le jeu. Surtout que le principe de ces forces est très similaire à celui qui pourrait déterminer la position d'un JumpPoint... Autre exemple dans le lore, les points de Lagrange de Nul IV, nous dit-on, sont remplis d'épaves en raison de la dangerosité de cette géante gazeuse.

Pour mettre les choses en perspective ce système mesure 120 UA de diamètre, Nul IV se trouve à environ 40 UA de son étoile et les points L4 et L5 tout autant de leur planète... il faudra voyager un bon moment en quantum pour les atteindre de Nul IV!

Les RestStops et autres stations sont massivement positionnées au niveau des points de Lagrange, des planètes comme des étoiles (source: Calling All Devs). IRL, certains de ces points ne sont pas stables mais ils n'ont pas l'air de vouloir s'embarrasser avec ce genre de détail. Ces points vont donc se déplacer avec la planète, l'idée est que si il est impossible de sauter sur une planète, on pourra toujours le faire sur un des points de Lagrange à condition qu'il soit un point d'intérêt.


-Privately-owned world

Le terme "monde privé" dans l'UEE est une désignation récemment créée pour un corps planétaire qui est détenu et gouverné par des sociétés ou des individus. Créées à l'origine pour le système Stanton, ces planètes ressemblent plus à des sociétés qu'à des nations, et échappent au leadership démocratique et aux exigences de la représentation sénatoriale. La majorité de leurs habitants travaillent généralement pour la société propriétaire, toute population supplémentaire étant composée de ceux qui ont créé des entreprises indépendantes pour fournir de la nourriture, des vêtements, des logements non fournis par la société et d'autres produits de première nécessité. Les habitants sont protégés par les lois communes de l'UEE, mais l'application de ces lois est laissée à la discrétion de la société.



-Protoplanète

Embryon de planète de type planétoïde qui se forme dans le disque protoplanétaire (Disque constitué de gaz et de poussières à partir duquel se forment les corps.).



-Puffy planet

Un Saturne chaud (en anglais : hot Saturn) ou une planète enflée (puffy planet) est une géante gazeuse de grand rayon, de température de surface élevée et de masse volumique faible, comparable ou inférieure (parfois très inférieure) à celle de Saturne. En d'autres termes, une planète de ce type est un Jupiter chaud de faible densité.

-Puits gravitationnel :

Un puits gravitationnel est une représentation géométrique du concept de champ gravitationnel entourant un objet dans l'espace. Plus lourd sera l'objet, plus profond et étendu sera le puits qui lui est associé. Tout objet ou personne à la surface d'un corps céleste est considéré comme au fond du puits de ce corps. S'éloigner dans l'espace depuis la surface du corps céleste correspond à grimper en dehors du puits gravitationnel. L'énergie nécessaire pour atteindre la vitesse de libération augmente avec la profondeur du puits gravitationnel. En astrophysique, un puits gravitationnel est plus spécifiquement le champ gravitationnel entourant un corps massif. D'autres types de puits de potentiel existent comme l'électrique ou le magnétique. -Rogue planets

C’est un terme qui désigne une planète qui n'est pas en orbite autour d'une étoile proche. Elles "flottent librement" dans l'espace. La seule planète connue de ce type est Min I.



-Sector (Navigation)

Un secteur de l'espace est une zone physique de l'espace au sein d'un système planétaire. Les secteurs sont utilisés pour fournir une orientation aux navigateurs et aux pilotes dans des zones qui, autrement, n'auraient pas de repères de direction. Pour définir un secteur, les cartographes posent généralement une grille tridimensionnelle sur un système planétaire et cartographient les zones en sections égales. Une fois cette opération approuvée par le gouvernement, les secteurs officiels sont déclarés et mis à la disposition du public. La taille des secteurs varie en fonction du système. Les gouvernements de l'humanité et Xi'an utilisent tous deux des secteurs dans la cartographie.



-Sonde longue distance

Les joueurs peuvent envoyer une sonde depuis leur vaisseau vers n'importe quel endroit du système actuel et la sonde peut envoyer un ping à la destination pour révéler les objets qui s'y trouvent (nœuds miniers, stations abandonnées, vaisseaux, tout ce qui peut être créé). Il semble que vous aurez besoin de plusieurs sondes pour trianguler un endroit précis, puis vous pourrez générer une balise QT pour vous rendre à cet endroit. Vous pourrez stocker les informations et les vendre à d'autres joueurs.

Une analyse possible du jeu permet de comparer les signatures relevées par les sondes avec les signatures de la base de données de votre vaisseau que vous avez acquises ou achetées. Le joueur peut également observer le graphique de la signature pour tenter de déduire ce qui a été détecté. Exemple : vous pouvez capter une signature qui ressemble à celle d'un Idris, mais lorsque vous sautez dessus, il s'agit d'un groupe de chasseurs en formation serrée. Activer et désactiver des éléments sur le vaisseau dans la destination changera la façon dont son signal apparaîtra au joueur qui le sonde. Plus vous recueillez de données, plus vos prédictions seront précises sans avoir à sauter sur place. Vous décidez du temps à consacrer à l'analyse plutôt qu'au saut sur place.

Le système utilise les mêmes sigles que ceux déjà présents dans le jeu (EM, IR, CS). Les sondes seront limitées au système solaire actuel. Les sondes auront un temps de voyage et du carburant. Il y aura différents types de sondes dont la quantité de carburant, la précision, etc. varieront.



-Spectrométrie

Cette science n’est pas directement mentionnée dans le jeu pour l’instant, mais nous allons employer des instruments qui vont analyser certains spectres, on y parle de spectre visible, infrarouge ou gamma pour repérer des objets dans l’espace, un objet peut émettre une signature sous la forme d’un rayonnement qui suggère quelque chose qui sort de l'ordinaire. Un spectromètre est un appareil de mesure permettant de décomposer une quantité observée — un faisceau lumineux en spectroscopie, ou bien un mélange de molécules par exemple en spectrométrie de masse — en ses éléments simples qui constituent son spectre. En optique, il s'agit d'obtenir les longueurs d'onde spécifiques constituant le faisceau lumineux (spectre électromagnétique) tandis que, pour un mélange chimique, il s'agira d'obtenir les masses spécifiques de chacune des molécules (spectre de masse).

« Spectromètre » est un terme qui désigne en pratique une grande famille d'instruments permettant de balayer un large éventail de longueurs d'onde, des rayons gamma et des rayons X jusqu'à l'infrarouge. Cependant chaque type de spectromètre est associé à une bande de fréquence particulière et nécessite une technologie spécifique.



-Standard Earth Year (SEY)

Unité de mesure du temps qui fait partie de la norme SET (Standard Earth Time) qui est mandatée pour suivre le temps dans l'UEE. Elle désigne l'unité de temps correspondant à la période de rotation de la Terre autour de son soleil, Sol. Également utilisé pour le temps dans les dates.



-Standard Xi'an year (SXY)

Une Standard Xi'an year (SXY) correspond à environ 1,28 année terrestre standard (SEY). Un jour Xi'an dure donc 1,28 jour terrestre. Un jour sur Kai'pua II dure 100 années Xi'an.



-Sun (ou soleil)

Dans l'univers SC, un "soleil" (en minuscules) est une étoile au centre de son système planétaire. Cela permet aux habitants de ces planètes d'utiliser des termes tels que "lever de soleil sur Pyro II" ou "coucher de soleil sur Crusader". De même, "Sol" est spécifiquement l'étoile au centre du système Sol.



-Super-Jupiter

Les super-Jupiter appartiennent à la classe de planètes la moins commune dans toute notre galaxie. Qu'est-ce qui les rend spécial? Eh bien, elles ont a peu près la même taille que notre Jupiter, mais elles sont beaucoup plus massives, plus denses. Attention au puit gravitationnel!

Source: lore de Vega



-Super-Terre

Exoplanète ayant une masse comprise entre celle de la Terre et celle d'une planète géante.



-Système

Le terme "système" est le plus souvent utilisé par les humains pour désigner le système planétaire, c'est-à-dire le regroupement de tous les corps planétaires et autres satellites en orbite autour d'une étoile donnée. Les planètes d'un système planétaire particulier reçoivent par défaut le nom de l'étoile elle-même, suivi d'un chiffre romain, ordonné en commençant par I comme planète la plus intérieure. Les satellites de ces planètes sont désignés par un chiffre arabe correspondant à la planète qu'ils orbitent, suivi d'une lettre minuscule commençant par a pour la lune la plus intérieure. Moins fréquemment, le terme système peut faire référence à un système stellaire, un groupe d'étoiles multiples qui sont influencées par la gravité et la proximité les unes des autres



-Système locale

Le système de coordonnées horizontales, également appelé système local ou système de coordonnées alt-azimutales, est un système de coordonnées célestes utilisé en astronomie par un observateur au sol. En gros l’axe magnétique (vertical) de l’astre duquel nous sommes proches va déterminer le plan horizontal sur lequel vont s’organiser les coordonnées du secteur.



-Système planétaire

En astronomie, un système planétaire (parfois confondu avec système stellaire) est un système composé de planètes, ainsi que de divers corps célestes inertes tels des astéroïdes et comètes, gravitant autour d'une étoile. Le Système solaire est un exemple de système planétaire. Par extension, et de façon impropre, le terme « système solaire » est parfois employé pour désigner d’autres systèmes planétaires.



-Système stellaire

Un système stellaire consiste en un petit nombre d'étoiles qui sont liées par l'attraction gravitationnelle et de ce fait orbitent les unes autour des autres. Les étoiles qui constituent un système stellaire sont appelées ses composantes. Suivant le nombre d'étoiles, on parle de système binaire, triple (ou ternaire), quadruple, etc. Un grand nombre d'étoiles liées par la gravitation est généralement désigné comme un amas d'étoiles ou bien une galaxie. Notons qu'au sens large, il s'agit aussi de systèmes stellaires.

On emploie aussi parfois improprement l'expression système stellaire pour se référer à une seule étoile dotée d'un système planétaire de corps plus petits en orbite autour d'elle.



-Terrestrial planet

Planète tellurique, c'est-à-dire essentiellement rocheuse avec un noyau métallique. De plus ses caractéristiques sont particulièrement proches de celles de la Terre, composition, taille, masse, gravité…



-Tidally locked (type d’orbite)

Ou rotation synchrone, c’est est une caractéristique du mouvement d'un satellite naturel orbitant autour de sa planète qui se manifeste lorsque la période de rotation du satellite est synchrone avec sa période de révolution : le satellite présente alors toujours la même face vue de la planète. C’est le cas pour la Lune en orbite autour de la Terre. On parle alors de verrouillage gravitationnel ou verrouillage par effet de marée (tidal locking en anglais).

La rotation synchrone ne concerne pas seulement les satellites naturels des planètes mais aussi tout objet en orbite autour d'un autre. Elle peut concerner l’un des deux objets (généralement le moins massif) ou les deux (comme Charon et Pluton). En fonction de la taille des objets en question, l’effet de marée peut déformer le plus petit.



-Tradeway

Les voies commerciales sont des points d'entrée gérés par l’UEE dans le but d'échanger des marchandises avec d'autres civilisations telles que la Protectorat Banu ou l’Empire Xi'an. Les Tradeway de l'UEE sont tenues par une combinaison de douaniers humains et de représentants de la nation frontalière. Un axe majeur avec le Protectorat Banu est situé dans le système Corel, le point par lequel la majorité des marchandises légales transitent entre les Banus et les humains.



-TroubleZone

Zone de l’espace où les vaisseaux sont affectés par des perturbations empêchant la navigation. Ces perturbations peuvent être provoqués par des causes naturelles ou artificielles comme un signal.



-Trou Noir

Un trou noir est une région de l'espace-temps qui présente de forts effets gravitationnels

d'où rien ne peut réchapper. Y compris la lumière, le rayonnement électromagnétique, les

particules, les distributeurs Big Benny...

Pour l’instant, il existe qu’un seul trou noir dans le verse, celui qui est au centre du système Tamsa.

Tamsa était autrefois une étoile de type O, une étoile géante bleue. Une fois que l'étoile a

brûlée tout son hydrogène, sa température n'était plus assez élevée pour empêcher son

effondrement. La masse se condensa en une petite, minuscule chose que nous ne

pourront jamais observer directement, mais nous savons qu'elle existe, et crée des

anomalies gravitationnelles dans l’espace-temps.



-Trou noir primordial

C’est un type de trou noir hypothétique formé à l'époque de l'univers primordial dans les régions extrêmement denses. Dans les premiers instants de l'Univers selon la théorie du Big Bang, la pression et la température étaient si élevées que de simples fluctuations de densité de la matière suffisaient pour donner naissance à un trou noir. Alors que la plupart des régions de hautes densités ont été dispersées dans l'expansion qui a suivi, les trous noirs primordiaux sont restés stables, et seraient encore présents aujourd'hui. Puisqu'ils n'ont pas été formés à partir d'étoiles, leur masse peut être significativement plus faible que celle d'une étoile. On ignore leur utilité dans le jeu mais ils pourraient être confondus, lors de leur détection, avec des points de saut, et être mortellement dangereux pour quiconque s’en approcherait (cela a déjà été mentionné qu’une telle méprise pourrait survenir). -Les types d'orbites pour les systèmes binaires (si si et y'en a plusieurs...)

-Type P c'est à dire que les étoiles sont au centre et les planètes autour. -Type T où les planètes sont entre les points de Lagrange L4 et L5. -Type S où il y a deux étoiles, mais les planètes ne tournent qu’autour d’une étoile.



-Unclaimed System

Un système non réclamé est un terme utilisé principalement dans l’UEE pour décrire un système planétaire qui n'a été annexé ou revendiqué par aucun type de gouvernement formel. Comme ces systèmes ne relèvent d'aucune juridiction, certains systèmes non revendiqués deviennent des paradis pour des activités qui seraient considérées comme criminelles ailleurs.



-Unité Astronomique (UA ou au)

Correspond à la distance entre la Terre et le Soleil, soit environ 150 millions de kilomètres (1 UA = 1,496e+8 km)



-Vent stellaire

C’est un flux de plasma constitué essentiellement de protons et des électrons qui sont éjectés de la haute atmosphère des étoiles. Le vent stellaire provenant de notre propre Soleil est appelé vent.



Dernière modification par Gesufal le 02/03/23

89 vues

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Gesufal Don Benvenuto
Gesufal Don Benvenuto
Mar 02, 2023

Ajout de Piracy (space) et correction de Dead zones

Like

Gesufal Don Benvenuto
Gesufal Don Benvenuto
Sep 29, 2022

Mise à jour du doc

Like
Aremis dans le sang
bottom of page