top of page
frame blue02.png

CROSSROADS





Par Jeremy Melloul, publié le 01/11/22



Ce fut une descente rapide vers sa tombe. Dans ce qui semblait être également un endroit approprié : un grand dépotoir à ferraille rempli de vaisseaux abandonnés et d'équipements industriels qui avaient probablement été nettoyés il y a longtemps. Ce qui restait devait trop instable pour être récupéré de manière sûre et rentable.


Maintenant, il y aurait un vaisseau de plus dans ce cimetière.


Le Talon de Krenn brulait et faisait des étincelles alors qu’il traversait les nuages à toute vitesse. Toutes sortes d'alarmes lui hurlaient dessus, comme s'il n'était pas déjà assez conscient du danger qu'il courait. Le pirate Tevarin tenta de reprendre le contrôle de son vaisseau mais ne put rien faire pour ralentir sa chute.


N'ayant pas de meilleure solution à sa disposition, et bien qu'il ne veuille pas abandonner sa cargaison, il décida d'abandonner le vaisseau. Alors qu'il éjectait la capsule, sa console s'est illuminée d'avertissements. Le cockpit du Talon était censé se séparer du reste du vaisseau, mais les dommages subis avaient touché les loquets. Ils ne se détachèrent pas correctement, mais le cockpit s’éjecta malgré la résistance. La force de l'éjection arracha les loquets et fit tourner le cockpit de façon sauvage.


Krenn ne pu qu'apercevoir le reste de son vaisseau qui s'enfonçait dans le champ de ferraille alors que son cockpit s'écrasait sur des piles de pièces détachées. Après avoir touché le sol, il culbuta avant de s'arrêter, assis à l'envers.


Le pirate reprit son souffle et arracha son casque, le laissant tomber sur le sol. Son crâne piquait lorsque l'air touchait la blessure qui saignait sur sa tête.


Son cockpit était en lambeaux, la verrière brisée et les parois percées en de multiples endroits par des débris. Le pire, c'est qu'un gros morceau de shrapnel était enfoncé dans sa cuisse gauche, le clouant sur son siège.


Krenn s’est saisi lentement de l'éclat de métal et l'a arraché. Immédiatement, le sang commença à couler de la blessure, se répandant dans le cockpit. Il jeta le morceau de métal sur le côté et essaya de détacher les sangles de son siège, mais elles refusaient de se désengager. Frustré, il passe la main derrière son siège et tira le bakor de son logement.


Le bakor avait à peu près la taille d'une hachette, mais au lieu d'avoir une seule tête de hache, l'arme avait trois bords : la tête de hache standard, puis une petite lame qui faisait saillie à l'opposé de la lame principale, ainsi qu'une courte pointe aiguisée qui sortait du haut de l'arme entre les deux lames. C'était peu commun, mais cette arme traditionnelle tévarine était l'outil préféré du pirate.


Krenn coupa les sangles du siège et tomba sur le plafond du cockpit, grimaçant alors que sa jambe blessée le faisait souffrir. Il regarda la blessure, toujours ensanglantée, puis coupa à nouveau les sangles de son siège, utilisant ce matériau pour fabriquer un garrot de fortune qu'il attacha autour de sa jambe pour arrêter le saignement. La perspective de sa mort n’étant plus immédiate, il s'extirpa des restes brisés de son cockpit et se dirigea vers le terrain vague qui l'entourait. Dans tous les combats auxquels il avait participé auparavant, le pirate était sûr qu'il n'avait jamais été aussi mal en point. Il rengaina son bakor dans le holster à sa taille.


Le son des moteurs d'un vaisseau, distant mais de plus en plus proche, fit monter l'adrénaline de Krenn. Il se mit à l'abri des regards.


Le chasseur de primes arrivait.


L'approche du chasseur fit souffler un vent fort qui traversa la casse, provoquant un chœur de gémissements métalliques en réponse aux vaisseaux instables qui vacillaient et menaçaient de basculer. Krenn vit l’Avenger passer au-dessus de lui et se diriger vers un panache de fumée qui montait lentement dans le ciel.


Là où son vaisseau s'était écrasé.


Où, avec un peu de chance, sa cargaison est toujours là. C'est à cause de cette dernière qu'il s'était retrouvé dans ce pétrin. Infiltrer le poste de sécurité n'avait pas été plus difficile que d'habitude, mais après cela, tout était parti en vrille. Non seulement sa sortie avait été encore plus sanglante que prévu, mais Jorg Tala, ce satané chasseur de primes, était sorti de nulle part, avait isolé Krenn de son équipage et l'avait envoyé s'écraser ici.


Jorg avait systématiquement chassé les membres des Ashen Haunt au cours des derniers mois, mais Krenn ne pensait pas alors qu'il deviendrait un tel problème. Au vu de la façon fanatique dont Jorg ciblait son gang, il ne doutait pas que le chasseur était un xénophobe de plus essayant de revivre les jours de gloire de l'Humanité triomphant d'une espèce étrangère.


Le pirate regarda le vaisseau du chasseur de primes descendre hors de vue, se posant près de la fumée. Le chasseur allait sans aucun doute enquêter sur le site du crash de son Talon et Krenn était déterminé à ne pas laisser ce bâtard mettre la main sur ce qu'il avait travaillé si dur à voler.


D'une certaine manière, Krenn pensait qu'il avait de la chance. Si leurs rôles avaient été inversés, Krenn aurait tiré un missile sur l'épave dès qu'il l'aurait eu en vue. Ce manque d'esprit de décision de la part du chasseur de primes était une qualité typiquement humaine.


Le pirate fit le point sur sa situation : un pistolet dont la batterie était à moitié épuisée, une seule grenade qui avait réussi à ne pas exploser lorsqu'il s'était écrasé, son bakor, et surtout, cette vilaine entaille dans sa jambe. Le garrot ralentissait sa perte de sang, mais il avait besoin d'une solution plus permanente. L'adrénaline atténuerait la douleur pour le moment, mais il n'aurait aucune chance s'il se vidait de son sang ou perdait la circulation dans sa jambe.


Krenn fouilla la ferraille autour de lui, puis se dirigea en boitant vers les petites allées sales qui serpentaient entre les vaisseaux oubliés jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherchait. Un grand cargo se trouvait devant lui. Il semblait être une addition plus récente aux épaves ici, relativement parlant. La coque du navire avait déjà été arrachée, exposant à l'air libre un grand nombre de tuyaux de son fonctionnement interne. Des tuyaux qui laissaient lentement échapper un fluide vert.


Krenn est entré dans le vaisseau par le trou dans la coque, a suivi les tuyaux jusqu'à leur point de départ, et - jackpot - a trouvé un grand réservoir de liquide de refroidissement. Il a souri, sachant exactement à quel point Ragwheel serait fier quand il entendrait cette histoire. C'était la preuve que Krenn écoutait réellement le vieux mécanicien, même quand il prétendait ne pas le faire.


Krenn prit une profonde inspiration et sortit le bakor. Il était sur le point de faire beaucoup de bruit, mais il devait en finir. Si Jorg l'entendait, alors qu'il en soit ainsi. Krenn a planté la pointe centrale du bakor dans le réservoir. Le métal a crié de protestation à l'impact, mais est malheureusement resté intact. Krenn a ajusté sa prise et a frappé avec plus de force. Il a été récompensé par un jet de fluide vert s'écoulant du nouveau trou. N'ayant pas de temps à perdre, Krenn prit son courage à deux mains et poussa sa jambe en avant dans la trajectoire du liquide.


Il a fallu toute la volonté dont il disposait pour se forcer à rester debout, résistant à la douleur jusqu'à ce que les produits chimiques caustiques brûlent sa blessure, la cautérisant. Puis il a dû tourner sa jambe et brûler l'autre côté, là où le morceau de ferraille avait traversait.


Lorsque la blessure fut scellée, Krenn arracha sa jambe du produit chimique et resta recroquevillé sur place un moment. L'odeur métallique écœurante de son sang s'est mélangée à la piqûre âcre du liquide de refroidissement, lui faisant tourner la tête. En regardant la chair abîmée de sa jambe, il n'était pas sûr de pouvoir marcher de la même manière, mais au moins il avait arrêté le saignement.


Boitant lourdement, Krenn sortit du cargo par le même chemin par où il était venu et trouva la traînée de fumée de son vaisseau, qu'il utilisa comme une étoile pour se guider alors qu'il s’enfoncait plus profondément parmi les tas de ferraille. La collection de vaisseaux brisés devenait de plus en plus désordonnée au fur et à mesure qu'il progressait. De plus en plus, les chemins se terminaient par des monticules de métal rouillé. Ne voulant pas risquer le bruit qu'il ferait en grimpant sur la ferraille, il continua aveuglément par tous les chemins qu'il put trouver, prenant un direction détournée vers son vaisseau. Il garda ses pas aussi légers que possible avec sa blessure, mais malgré ses efforts, il s'est avéré impossible d'être totalement silencieux.


La preuve ? Une balle traversa son épaule.


L'impact soudain le fit tomber à terre derrière un lourd morceau de taule. Une rafale de tirs supplémentaires a suivi et s'est écrasée à quelques centimètres devant son visage, contre sa couverture improvisée. De toute évidence, Jorg l'avait retrouvé. Le fait qu'il l'ait trouvé si rapidement donnait au moins un espoir au pirate - peut-être que sa cargaison était encore en sécurité.


"Krenn," appela le chasseur de primes. Il avait l'air loin. "Il est temps d'abandonner. C'est fini."


Krenn se poussa contre la plaque de métal et posa sa main sur son épaule. Heureusement, la balle avait complètement traversé et semblait ne pas avoir causer des dommages importants. Comme le dit le chant, ne laisse pas le malheur te distraire de tes bénédictions.


Il jetta un coup d'œil derrière sa couverture et aperçu Jorg, portant une armure lourde de couleur verte. Il était perché au sommet des restes d'un Carrack, utilisant le point de vue avec beaucoup d'effet. Même à cette distance, Krenn pouvait repérer un pistolet laser sur la hanche du chasseur de primes, ainsi que ce qu'il pensait être un couteau, et le fusil d'assaut à l'origine de sa dernière blessure.


"Viens", cria Krenn, en essayant de ne pas paraître trop essoufflé. Il jeta un coup d'oeil autour de lui pour trouver un bon itinéraire de fuite. "Vous devriez savoir maintenant que je ne suis pas vraiment du genre à abandonner."


Krenn bougea, en prenant soin de rester prêt du sot et en gardant un maximum d’obstacle entre lui et le chasseur. Maintenir une position accroupie s'avérait encore plus difficile grâce à ses blessures croissantes.


"Si tu abandonnes, je peux te faire soigner", répondit Jorg depuis son perchoir. "Je préfère que tu ne meures pas si je peux l'éviter."


"Tu n'as pas l'air d'essayer très fort !"


"La prime pour te capturer vivant est plus élevée que pour te livrer mort", dit Jorg. "Mais pas de beaucoup. Les Haunt n'ont pas beaucoup d'amis."


Krenn l'ignora, continuant à avancer jusqu'à ce qu'il se retrouve dans une impasse. Il y avait deux routes disponibles pour lui. L'une passait par une colline de ferraille, mais tenter de l'escalader dans son état actuel était sûr d'attirer l'attention de Jorg. L'autre passait par un terrain découvert et fairait de lui une cible facile.


Krenn retira soigneusement un morceau de tuyau du tas de ferraille et vérifia la position de Jorg. Le chasseur regardait dans le viseur de son fusil, à la recherche du moindre signe de mouvement. Dès que Jorg détourna la tête, Krenn lança le tuyau aussi loin qu'il le pouvait.


Le bruit du métal heurtant le métal attira l'attention de Jorg et Krenn profita de cette distraction momentanée pour sortir de sa cachette, dégainer son pistolet laser et décharger les derniers tirs de sa batterie sur le Carrack sur lequel se tenait Jorg.


Les tirs trouvèrent leur cible et avec beaucoup de chance, le Carrack s'effondra, l’empilement de vaisseaux s'écroulant sur lui-même, faisant disparaître Jorg en son sein.


Sa batterie vide, Krenn jeta son blaster et courut à travers l'espace ouvert aussi vite que sa jambe blessée le lui permettait.


Ce n'était pas assez rapide.


Une cacophonie de métal derrière lui attira son regard et Krenn se retourna pour voir Jorg sortir des restes du vaisseau. Il semblait avoir perdu son fusil dans la chute, mais il était sinon indemne, son armure n'étant qu'éraflée et rayée par la chute. Krenn le maudit. Il n'avait aucune chance contre Jorg tant qu'il ne s'était pas occupé de cette fichue armure.


Jorg sorti son pistolet et tira sur Krenn, mais le pirate blessé avait réussi à se rendre à l'autre bout, brisant la ligne de visée de Jorg.


Krenn savait qu'il ne pourrait jamais prendre de vitesse le chasseur de primes dans une poursuite en ligne droite, alors il délogea rapidement les débris qu'il dépassait, créant une avalanche de déchets derrière lui. Bientôt, une course d'obstacles dentelée de tessons de métal se trouva entre eux.


"Tu crois vraiment que tu peux t'enfuir ? " s'exclame Jorg, plus agacé qu'autre chose. Il fonçait en avant, sautant par-dessus et sous les débris. "Tu vas tomber comme le reste de ta pitoyable bande", se moqua Jorg.


Repérant une opportunité devant lui, Krenn ralentit juste assez pour s'assurer que Jorg le voyait : "Tu te crois tellement meilleur que nous ? Ça doit être facile pour toi de ne voir le monde qu'en noir et blanc."


Jorg leva son pistolet pour tirer, mais Krenn s'est à nouveau esquivé dans un angle, lui échappant de justesse.


Jorg le suivi, prenant de la vitesse, et contourna le...


BOOM !


Le vieux truc de la "grenade dans le coin". Ce n'était pas la première fois que Krenn utilisait cette tactique et il espérait que ce ne serait pas la dernière fois non plus. Comme le dit la chanson, la faim peut rendre aveugle même le plus dangereux des prédateurs.


Ne voulant pas laisser à Jorg le temps de se remettre, Krenn dégaina son bakor et se précipita dans le nuage de poussière soulevé par la détonation de la grenade. Alors que la poussière commençait à se dissiper, Krenn vit le chasseur déjà en train de reprendre pied. L'explosion avait fait son travail. L'armure de Jorg était maintenant carbonisée et fortement endommagée.


Le pirate écarta d'abord le pistolet de son adversaire avec son bakor, faisant tomber l'arme au sol puis visa la tête de Jorg avec. Krenn visait juste, mais la lame mortelle ne pénétra pas tout à fait le casque de Jorg, bien que la force du coup ait fait trébucher le chasseur en arrière.


Krenn s'empara immédiatement du pistolet de Jorg, le tourna vers le chasseur, mais se figea avant d'avoir pu appuyer sur la détente. A l'endroit où sa hache avait frappé le casque de Jorg, la visière s'était fissurée, révélant le visage en dessous.


Un visage de Tevarin.


"Tu ne t'attendais pas à voir ça ?" Jorg rit, toujours sous la menace de son arme.


"Vous... pourquoi ?" Demanda Krenn. "Vous pourriez chasser n'importe qui d'autre mais vous vous en prenez à nous ? Après ta propre espèce ? !" Krenn sentit son sang bouillir, la colère déferlant en lui comme un raz-de-marée. "Travailler pour les salauds qui nous ont tout pris ? !"


"Les Humains ont besoin de voir que nous sommes dignes de respect."


"Et comment ? En nous faisant nous chasser les uns les autres ?"


"Toi et ta bande, vous retenez tout notre peuple", répondit Jorg, avec une conviction mortelle.


Krenn ne savait pas quoi dire. Comment un Tevarin pouvait-il croire cela ? Après que leur peuple ait tant enduré, tant souffert, et voilà que...


Un mouvement éclair ramena Krenn au présent. Un couteau lancé à travers l'air, visant sa gorge. Krenn l'esquiva de justesse, le couteau fit couler son sang en l'effleurant. Puis Jorg le chargea.


Krenn trébucha en se battant pour tirer avec son pistolet, mais Jorg frappa son poignet contre une coque, brisant la prise du pirate sur le pistolet.


L'arme tomba à terre, mais Krenn donna un coup de pied au pistolet avant que Jorg ne puisse l'attraper, l'entendant s'entrechoquer et disparaître sous un gros tas de ferraille.


Avec le peu d'espace qu'il avait gagné, Krenn balança sa hache vers le bas, mais le chasseur fit un bond pour éviter d'être coupé par la lame. Krenn continua à avancer, balançant sa hache encore et encore.


Les secondes s'écoulaient et l'endurance de Krenn commençait à s'épuiser alors que le combat continuait. Tout avantage de force que Krenn aurait pu avoir était rapidement épuisé par sa perte de sang, et même si le pirate détestait l'admettre, Jorg était clairement mieux entraîné. Si Krenn voulait vaincre le chasseur, il devait en finir rapidement.


Krenn lâcha un rugissement guttural et leva haut son bakor, prêt à l’abattre sur le chasseur. Jorg attrapa la hache et Krenn souri. La feinte avait fonctionné. Il redirigea la pointe du bakor vers la jambe de Jorg, la plantant à travers un trou dans l'armure laissé ouvert par l'explosion de la grenade.


Jorg est tombé sur place, s'effondrant sur sa jambe blessée.


Le pirate avait le chasseur à sa merci... et pourtant il ne faisait rien. Même si Krenn détestait Jorg pour avoir chassé sa meute, il était toujours Tevarin.


Jorg essaya de se relever, mais sa jambe ne pu supporté son poids et il retomba.


Il pointa son Bakor vers Jorg, Krenn parla. "Je vais te donner une chance. Mais juste une," commença-t-il. "Ne t'en prends plus jamais à moi."


Krenn se détourna. Il entendit Jorg qui tentait de le retenir, mais il s'effondra à nouveau, incapable de le poursuivre.


Krenn essayait d'accepter sa nouvelle compréhension de Jorg lorsqu'il atteignit enfin l’origine de la fumée qu'il avait suivie pendant tout ce temps.


Là, il trouva ce qu'il cherchait : son Talon et, juste derrière, l’Avenger de Jorg.


Le propre vaisseau de Krenn était en ruine, déjà à la maison dans cette décharge de ferraille, mais au moins son compartiment de contrebande ne semblait pas avoir été compromis.


Il utilisa son bakor comme levier, le planta dans un espace entre les plaques de moteur de son vaisseau, et commença à pousser. Il ne céda pas immédiatement, mais avec assez de force, l'effet de levier finit par faire son effet. Krenn enleva le revêtement, révélant les moteurs de son vaisseau. Au milieu de tous les rouages internes se trouvait un compartiment caché. Et à l'intérieur se trouvait un petit coffre renforcé, à peine plus grand que sa main.


Krenn poussa un soupir de soulagement et retira soigneusement le coffre de son logement.


Un tuyau frappa l'arrière de sa tête et l'envoya, ainsi que la cargaison et le bakor, s'étaler au sol.


"Je me demandais où tu essayais d'aller," dit Jorg, "Je pensais que tu voulais mon vaisseau, mais..."


La vision floue, Krenn regarde Jorg se pencher et ramasser le petit coffre.


"C'est ce que tu as obtenu de l'avant-poste de sécurité ?" Demanda Jorg. "La raison pour laquelle tant de personnes ont dû mourir ?"


Krenn gémit, sa vision n'étant toujours pas net. "Ils étaient sur mon chemin," dit-il, la voix inégale.


« Si nous montrons aux Humains des signes de force ? Ils nous traitent de criminels. Convaincre l'univers que nous sommes en quelque sorte une menace à chasser alors que tout ce que nous voulons, c'est survivre. Bon, d'accord. Je l'accepte. S'ils veulent que je sois un criminel, je serai le meilleur que je puisse être. Je vais leur montrer exactement ce dont notre peuple est capable."


"Qu'est-ce qu'il y a là-dedans ?" Jorg a brandi la boîte entre eux. "Qu'est-ce qui vaut toute cette misère ?"


"Voyez par vous-même. Le code est 2610."


Krenn observa attentivement l'expression de Jorg pendant que le chasseur entrait le code et déverrouillait la boîte. S'il reconnaissait le numéro, il n'en donnait aucun signe. Jorg ouvrit le couvercle et, immédiatement, ses sourcils se sont froncés, visiblement confus.


Il mis la main à l'intérieur de la boîte. "Qu'est-ce que c'est ?" Demanda Jorg, en montrant la clé de données qui avait été gardée en sécurité dans le petit coffre blindé.


"Des vies", dit Krenn.


"Je ne comprends pas..." dit Jorg.


"Ce sont de nouveaux départs. Des identifications propres utilisées pour faire passer clandestinement les Tévarins hors monde", précisa Krenn. "Depuis des endroits où ils n'auraient pas été autorisés à voyager pour des raisons merdiques que les gouvernements locaux utilisent pour les marquer comme des criminels."


Alors que le silence s'installait entre eux, Krenn vit une fissure dans l'expression de Jorg. Il insista sur son avantage. "Tout ce temps, vous nous avez chassés, moi et les autres Haunt, mais nous n'avons pas volé pour nous-mêmes. Nous avons volé pour ça."


"Où les emmenez-vous ?" Demanda finalement Jorg.


"A Branaugh," dit Krenn.


Le pirate vit la compréhension sur le visage du chasseur. "En dehors de l'Empire."


Krenn a juste souri. "L'Empire sait ce que nous faisons. Je peux les détester, mais ils ne sont pas stupides. Pourquoi penses-tu que nos primes sont si élevées ? Ils ne supportent pas de voir les Tévarins s'entraider."


"Il y a d'autres moyens", a répondu Jorg, d’une voux noins assurée. "On n'est pas obligé de tuer pour sauver les autres."


"Nous faisons la seule chose que nous pouvons. Si des Humains doivent mourir pour sauver mon peuple, alors qu'il en soit ainsi."


"Ce n'est pas..." commença Jorg. "Ce ne sont pas des soldats sur des stations que vous attaquez. Ce sont des innocents. Tu ne fais pas la guerre."


"Bien sûr que si."


Le tonnerre des moteurs d’un vaisseau perça l'atmosphère alors que l'équipage de Krenn sortait du quantum au-dessus de la casse. Ils l'avaient enfin retrouvé.


La surprise de Jorg à leur arrivée donna à Krenn l'opportunité dont il avait besoin. Il charga Jorg en se jetant de tout son poids sur le chasseur, profitant de chaque kilo qu'il avait de plus que le petit Tévarin.


Il poussa et poussa encore jusqu'à ce que... Jorg prenne une grande respiration.


Krenn s'arrêta et vit que la poitrine de Jorg tremblait. Sa respiration était douloureuse. Une tige de métal sortait de sa poitrine, couverte de sang.


Krenn s'est éloigné du chasseur de primes. Son souffle rauque montait et descendait. Toujours agrippé au bakor, il baissa les yeux sur la blessure, le choc ayant manifestement permis d'atténuer la douleur pour l'instant.


"Eh bien," réussi t’il à dire dans un murmure rauque. "Ça ne vaut vraiment pas les crédits supplémentaires."


Krenn l'observa pendant quelques instants. La haine qui l'avait conduit à ce point s’était étonnamment atténuée.


"Les Humains", commença Krenn. "Pourquoi vous intéressez-vous tant à eux ?"


Pendant un moment, Krenn n'était pas sûr que Jorg allait répondre. Puis, le chasseur ferma les yeux, grimaçant de douleur. " Ils ne sont pas tous pareils... "


Krenn chercha dans l'expression de Jorg quelque chose qui n'y était pas. "Ce n'est pas ce que j'ai demandé. Qu'est-ce que ça peut te faire ?"


La pause fut plus longue cette fois. La respiration de Jorg plus lente. "Quand j'étais jeune... j'étais seul", a-t-il dit. "Un Humain m'a recueilli. Il m'a montré une autre voie. Ils pourraient être des alliés. Si tu ne les traitais pas tous comme des ennemis..."


Les mots de Jorg tournaient dans l'esprit de Krenn. La conviction avec laquelle Jorg avait parlé le troublait.


"...Tu as fait scanner ton empreinte récemment ?" demande-t-il.


Jorg a hoché la tête. C'était un léger mouvement. Pour Krenn, c'était tout ce qu'il pouvait faire.


"Alors..." Krenn a dit. "Tu pourras peut-être m'en parler quand on se reverra."


Les mots ont mis du temps à arriver, mais quand ils sont arrivés, Krenn a vu la surprise sur le visage de Jorg. "Bien. La prochaine fois..." dit Jorg faiblement puis ses yeux se fermèrent.


Krenn hocha la tête et resta là, à regarder Jorg Tala mourir.


Krenn récupéra son bakor et jeta un dernier regard au chasseur. Il savait que Jorg reviendrait. L'un des avantages de la vie légale est qu'il est plus facile de se régénérer. Plus facile dans le sens où on ne se fait pas arrêter à son réveil. Les maux de tête étaient les mêmes, quoi qu'il arrive. Krenn se surprend à espérer que la régénération de Jorg soit indolore et s'arrêta en plein milieu de sa pensée, surpris par sa propre sentimentalité.


Au loin, il vit son équipage survoler la casse à basse altitude. Probablement à la recherche d'un signe de lui ou de son vaisseau. Il ne se réjouissait pas de toutes les critiques qu'il allait recevoir pour son état actuel mais... Il regarda l’Avenger de Jorg.


Il pourrait au moins éviter le pire en revenant avec un nouveau vaisseau.


Jorg serait en colère quand il apprendrait qu'il avait disparu, mais Krenn se disait que même si le chasseur n'était pas encore converti, il n'était jamais trop tôt pour faire un petit don à la cause.

8 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Aremis dans le sang
bottom of page