frame blue02.png

SHIP SHOWDOWN WITHLEY'S GUIDE SPECIAL








C'est officiel : le vainqueur a été couronné et une nouvelle édition de Ship Showdown est entrée dans les annales de l'histoire. En l'honneur de la grande finale, les éditions Gallivan Publishing ont le plaisir de vous présenter cette collection d'articles sur les vaisseaux spatiaux tirés du guide Whitley, la référence en la matière. Ces articles couvrent l'histoire de chaque vaisseau ayant atteint la demi-finale, afin que vous puissiez célébrer leurs réalisations et le rôle que vous avez joué dans cette compétition.



C2 HERCULES


La version initiale du transporteur Hercule, qui est aujourd'hui le vaisseau de troupes le plus performant de l'histoire de l'humanité, vit le jour au milieu du 28e siècle, à la suite d'un long effort mené par l'armée de l'UEE pour réaliser une étude impartiale de ses performances pendant la deuxième guerre de Tévarine. Cette étude permis de mettre l'accent sur l'importance du soutien en particulier la logistique de l'orbite vers la planète et donna lieu à une critique particulièrement sévère des petits vaisseaux d'assaut blindés utilisés pour les attaques planétaires pendant le conflit. Un transporteur armé plus grand, selon le raisonnement, pourrait livrer plus rapidement des armes lourdes et d'autres matériels de guerre s'il pouvait opérer en tant que partie de l'avant-garde plutôt que d'avoir besoin d'un site sécurisé par des groupes de raiders plus petits.


Le tout nouveau UEE Starlift Command, chargé de gérer la logistique interstellaire dans la chaîne de commandement de la flotte, publia en 2814 un appel d'offres spécifiant le type de grand transporteur de combat souhaité. Crusader Industries et Aegis Dynamics ont toutes deux proposé des modèles, Crusader l'emportant avec un modèle sur mesure plus coûteux mais nettement plus performant, qui pouvait être construit dans ses usines de cargos existantes. Le processus de conception s'est déroulé sans encombre, le premier prototype vola en 2818 et le premier exemplaire fut livré à une unité militaire en 2821. Les militaires confirmèrent que le vaisseau était capable de déployer des chars et de l'artillerie en quelques instants tout en essuyant le feu de l'ennemi.


Au cours des décennies suivantes, le M2 Hercules s'est intégré à tous les aspects des déploiements militaires de l'UEE, transportant tout, des troupes de choc d'élite aux fournitures humanitaires, aux quatre coins de l'Empire et au-delà. Le design était robuste et efficace, et gagna une réputation de "vaisseau génération", avec certains continuant à servir dans l'armée pendant cinquante. En 2940, alors que la longue période d'exclusivité de son contrat avec l'armée finit par expirer, Crusader annonça le développement d'une variante civile à partir de la troisième génération de M2, le C2 Hercules. Le C2 supprime une partie de l'équipement le plus spécialisé du M2, présentant la conception comme idéale pour les organisations frontalières qui ont besoin de déplacer de plus gros équipements, y compris les outils miniers et le nombre croissant de véhicules de combat blindés privés. L'annonce fut discrète à l'époque, bien que les premières ventes furent suffisamment bonnes pour justifier le coût de développement de la conversion (bien que l'impact que ce choix a pu avoir sur les relations de Crusader avec l'armée de l'UEE reste inconnu).


Au cours des dix années qui ont suivi, le C2 Hercules fut largement adopté dans l'Empire, tant sur les mondes frontaliers que dans les mondes centraux, où il est devenu de plus en plus courant dans les ports plus développés. Les mondes frontaliers confrontés à des raids Vanduuls achètent de plus en plus de matériel militaire et d'autres équipements défensifs à grande échelle. Le C2 Hercules est devenu le véhicule de choix pour effectuer des livraisons dans les zones les plus dangereuses de l'espace. Les C2 sont également de plus en plus nombreux à servir des entreprises privées de transport naval, les organisations trouvant un équilibre entre le rendement des MISC de la série Hull et le besoin d'une meilleure protection dans une galaxie de plus en plus dangereuse.


MPUV CARGO


À la fin du 26e siècle, la société connue aujourd'hui sous le nom d'Argo Astronautics procéda à une étude complète du transport de marchandises et découvrit que le point faible dans ce secteur n'était pas les systèmes ferroviaires mais le processus de transfert des marchandises de l’orbite vers les dépôts planétaires qui était désorganisé. Le prochain investissement pour la société fut clair : trouver un moyen d'améliorer le processus au-delà de la simple poursuite du développement des réseaux ferroviaires. Pour ce faire, Argo acheta l'ancienne Telluman Shipworks, une entreprise de navettes de loisirs, pour produire son premier vaisseau spatial, l'Orbital Utility Craft (OUC). L'OUC a été conçu en tenant compte des limites systémiques du fret stellaire, ce qui lui permet de transporter des marchandises de différentes tailles directement des grands vaisseaux de transport aux wagons des trains, éliminant ainsi complètement les retards qui étaient devenus monnaie courante dans le système.


L'objectif initial prévoyait de produire l'OUC uniquement en interne, permettant à Argo d'être entièrement propriétaire de la solution et de s'impliquer autant que possible le transport des marchandises. Cependant, l'ampleur de de la tâche prouva que cela n'était pas possible, car Argo ne pouvait pas recruter suffisamment de pilotes ou établir suffisamment d'installations de soutien pour que cela soit réalisable dans tout l'Empire. Par conséquent, ils optèrent pour une deuxième solution, moins rentable dans l'ensemble : ils se sont concentrés sur la production d'une version de l'OUC pour un usage général afin que leur solution puisse être appliquée par toutes les entreprises de l'Empire.


Le résultat de cet effort fut l'Argo Multi-Purpose Utility Vehicle, ou MPUV, une évolution de l'OUC encore plus robuste et fiable. Comme l'OUC, le MPUV était un vaisseau monoplace et multimoteur capable de se fixer à des nacelles de chargement ou à d'autres surfaces extérieures. Contrairement à l'OUC, le MPUV fut conçu dès le départ pour être entièrement modulaire, afin que sa conception puisse servir de base à d'autres types de vaisseaux utilitaires. Plus important encore, le MPUV pouvait transporter une variété de types de cargaison sans nécessiter une EVA de maintenance. En l'espace d'une décennie, le MPUV fut adopté par tous les ports spatiaux de l'espace contrôlé par l'homme, ce qui permis d'améliorer considérablement le flux de marchandises et de faire d'Argo un fabricant de vaisseaux spatiaux plutôt qu'une société de maintenance pour les transits de marchandises. Des adaptations du design du MPUV sont rapidement apparues, leur permettant de transporter des types de cargaison très différents ou même de faire office de navette, ce qui était très apprécié par l'industrie minière interstellaire qui était alors en pleine expansion. En 2665, la société se rebaptisa Argo Astronautics en l'honneur de son nouvel objectif principal.


Au cours des 300 années qui se sont écoulées depuis le lancement du MPUV, le modèle est devenu l'un des vaisseaux les plus courants dans l'espace exploré. L'extérieur du vaisseau reste en grande partie inchangé, bien que ses composants matériels aient changé avec le temps, tout comme ses surfaces de contrôle et ses composants modulaires. Bien que ce modèle n'ait pas l'autonomie nécessaire pour parcourir des distances interstellaires importantes, il est déployé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans tous les chantiers spatiaux, les stations de transit et les installations de fret orbitales de la galaxie. Bien que ce modèle soit communément appelé "Argo" aujourd'hui, il s'agit en fait du vaisseau spatial le plus courant produit par Argo Astronautics. Comme les autres produits d'Argo, le MPUV n'est commercialisé que par son acronyme (une brève campagne a tenté de l'appeler le Stevedore, mais elle a été totalement ignorée et rapidement oubliée par les consommateurs).



600i EXPLORER


En 2943, Origin Jumpworks pris la décision, annoncée depuis longtemps, d'investir les revenus du lancement de la série 300i, qui avait connu un grand succès, dans le développement d'un nouveau vaisseau spatial plus grand, destiné à concurrencer directement le Constellation de Roberts Space Industries. Cette décision fut motivée par le récent lancement du Constellation Phoenix de RSI, un acte que certains membres du conseil d'administration d'Origin ont considéré comme une tentative agressive et inattendue de revendiquer la clientèle plus haut de gamme des vaisseaux spatiaux privés.


L'espoir initial d'Origin était de développer un vaisseau spatial économique pour riposter aux attaques de RSI, mais le développement du vaisseau a finalement été envisagé comme un produit de luxe haut de gamme. Il s'agissait toutefois du premier vaisseau d'Origine à adopter la modularité, une caractéristique que l'on retrouve dans de nombreux types de vaisseaux spatiaux plus industriels et qui a tendance à réduire les coûts pour un bon pourcentage d'utilisateurs. Tous les modèles existants de la série 600 (actuellement le 600i Explorer et le 600i Touring) sont construits sur la même coque modulaire, ce qui permet aux clients d'installer et d'exploiter différents noyaux axés sur les rôles.


Origin a employé deux équipes de développement pour le projet, l'une se concentrant sur la gamme initiale de noyaux tandis que la seconde construisait la coque extérieure.


Le premier module dont la sortie fut approuvée était l'Explorer, une version ultra-chic du même rôle que le Constellation Aquila. Le Touring, qui est fondamentalement une simplification et un remaniement de l'Explorer, a été développé en second lieu. Le projet est rapidement devenu le projet de vaisseau spatial personnel le plus coûteux de tous les temps, étirant le budget R&D déjà très important d'Origin jusqu'au point de rupture. Le lourd investissement initial porta ses fruits, puisque les fournisseurs secondaires et tiers ont été associés au projet plus tôt qu'ils ne l'auraient été autrement, ce qui permis au prototype d'effectuer son premier vol orbital dix-huit mois seulement après la phase d'élaboration des plans.


L'équipe d'Origin réussi du premier coup : le prototype du 600i s’avéra extrêmement performant dans l'espace et très peu de modifications furent nécessaires avant la construction de la première série de prototypes de production. Les deux modèles étaient disponibles au lancement en 2947, le modèle Touring l'emportant largement sur l'Explorer (bien que les deux modèles aient dépassé les estimations initiales). Origin continua à produire des modèles largement identiques au cours des années suivantes, les changements les plus importants étant une mise à jour du système de vie interne qui avait tendance à avoir des problèmes sur les premières versions.


Au cours des trois années qui suivirent le lancement de la série 600i, le vaisseau spatial fut adopté par un certain nombre d'organisations différentes, en plus d'un nombre important de propriétaires individuels. Le gouvernement de l'UEE en acheta un certain nombre qui sont largement utilisées comme transports VIP blindés pour les fonctionnaires et les diplomates. Le design fut adopté par presque toutes les entreprises privées de transport personnel haut de gamme de l'Empire. La première réalisation majeure d'un explorateur 600i privé a été l'interception très médiatisée d'une comète qui démontra le blindage avancé du vaisseau et les excellentes performances de sa suite de capteurs. Origin a elle-même investi dans plusieurs projets d'exploration dans le but de faire connaître les futures réalisations du vaisseau. À l'heure où nous mettons sous presse, aucun 600i Explorer n'a encore tracé de nouveau point de saut.



MERSCURY STAR RUNNER


En 2884, le PDG de Crusader Industries, Kelly Caplan, qui avait contribué à superviser le développement de l’entreprise sur la géante gazeuse dans le système Stanton, entrepris de développer la société en s'éloignant des grands cargos qui avaient fait son succès. Son objectif était de marquer un tournant pour la marque pour obtenir des contrats militaires et pour proposer une gamme plus large d'offres dérivées pour le marché civil. Le projet Quicksilver, nom du projet de développement qui donna naissance au Mercury Star Runner, est le fleuron de cet effort. Bien que la société Crusader soit particulièrement bien préparée pour adapter sa base industrielle principale à la seconde moitié du développement des vaisseaux, les premiers progrès furent lents, car la société alors en pleine transition interne, passant d'une culture de mises à jour lentes et itératives des cargos vers des process de développement plus risqués pour ses nouveaux vaisseaux spatiaux.


Cela changea en 2885. Le développement de Quicksilver étant en péril (certains comptes rendus affirment que les efforts de conception ont été complètement arrêtés), Caplan fit un autre choix audacieux : l'achat de Trent Systems, un concepteur d'engins spatiaux vieillissant qui avait survécu grâce à des contrats de soutien pour un ancien (et maintenant défunt) vaisseau de reconnaissance de l'UEEN. Contrairement à Crusader, Trent disposait d'une équipe d'ingénieurs experts qui pouvaient être transplantés à Stanton pour lancer le développement du premier Star Runner. Le vaisseau qui en résulta, qui sera présenté en première mondiale plusieurs années plus tard, était d'une conception véritablement unique. Dans l'intention de créer le plus d'espace interne possible, l'équipe avait mis au point un design unique et asymétrique qui ne ressemblait à aucun autre vaisseau à l'époque.


Lorsque le prototype, désormais appelé Mercury, fut présenté pour la première fois dans la galaxie en 2892, comme un blockade runner, armé de capteurs spéciaux, de chaff et de flares et, pour la première fois dans une conception de Crusader Industries, d'armes offensives. Les premiers modèles de production ont été présentés à l'exposition aérospatiale intergalactique de 2894 et ont réussi à établir un record de vitesse dans leur catégorie et à prouver que toutes les capacités promises avaient bien été fournies.


Ce nouveau blockade runner fut un succès financier immédiat, bloquant trois ans et demi de pré-commandes avant la fin de l'IAE. Pourtant, au sein de l'entreprise, le Mercury était déjà considéré comme un échec : à court terme, le vaisseau n'avait pas atteint son objectif principal, qui était de modifier la réputation de Crusader en matière de conception de vaisseaux spatiaux indigestes et spécialisés. Le problème ? Les acheteurs du Mercury étaient en grande majorité des clients existants de Crusader qui cherchaient à équiper leurs flottes de coursiers rapides et blindés en prévision de l'augmentation prévue de l'activité des Vanduuls. Comme on l'espérait, le Mercury n'aiderait pas tant à approvisionner les colons éloignés et isolés par la guerre qu'à protéger les actifs clés des entreprises.


En 2914, l'itération la plus importante du Mercury fut lancée en réponse au lancement du “information runner” Herald du concurrent Drake Interplanetary. La direction de Crusader s'est longtemps considérée comme diamétralement opposée à Drake en raison des opinions sociales opposées des deux sociétés. Voyant la tentative de Drake de s'accaparer le marché des vaisseaux de données rapides et légers, Caplan autorisa un quadruplement du budget de développement du Mercury et le lancement d'un programme accéléré pour ajouter la même fonctionnalité au blockade runner. En huit mois seulement, le modèle standard du Mercury fut adapté pour inclure le stockage de données protégées, le cryptage et les interrupteurs d'arrêt de série. En outre, Crusader autorisa les concessionnaires à produire des conversions à coût réduit pour les entreprises existantes qui souhaitaient utiliser leurs anciens modèles de Mercury comme vaisseaux de données.

5 vues

Posts récents

Voir tout

HOMESICK