frame blue02.png

[FLORE] LE JUMPING LIME (FRUIT DE YAR)






JUMPING LIME (FRUIT DE YAR)

Le jumping lime, également appelée citron de Yar ou fruit de Yar, est un fruit sucré, aigre et astringent qui provient d'un cactus ayant muté naturellement sur Yar (Centauri II) quelque temps après la terraformation de la planète. Découvert en 2450, ce fruit fut nommé ainsi en raison de la facilité avec laquelle il se détache de sa plante mère et s'accroche aux vêtements et à la peau. Il a été domestiqué pour être cultivé au début du 26ème siècle. On peut encore trouver des spécimens sauvages dans le Red desert sur Yar, mais ils ne sont pas aussi sucrés que la variété domestiquée.



MISE EN CULTURE

Le jumping cactus (cylindropuntia acerbus) est la plante à partir de laquelle pousse ce fruit, elle est une mutation d’une plante de la Terre, le jumping cholla (cylindropuntia fulgida). Plante arborescente, elle possède des branches qui poussent près de la base du tronc, chacune étant couverte de petites épines ressemblant à des cheveux et munies de minuscules crochets à leur extrémité. Elle atteint une hauteur d'environ trois mètres. Les branches sont sensibles à la croissance excessive pendant les années particulièrement humides et meurent prématurément si elles ne sont pas taillées ou soutenues. Les rangées de jumping cactus avec leurs branches attachées à des piquets sont un spectacle courant dans les anciennes villes minières de Yar. À la fin de la saison humide, une fleur d'un violet et d'un vert éclatants jaillit à l'extrémité de chaque branche du cactus. Si une fleur est pollinisée à la main ou par des insectes volant la nuit, ses pétales se fanent et elle se transforme en un fruit épineux, rond et violacé. Les branches qui ne produisent pas de fruits ont tendance à tomber de la plante et à sécher au soleil du désert. Après quatre semaines de croissance, les agriculteurs enlèvent les branches dont les fruits sont rabougris pour concentrer les ressources de la plante sur les branches qui produisent de gros fruits sains. À huit semaines, la peau barbelée et coriace du fruit devient verte et est prête à être récoltée. Les travailleurs portent traditionnellement des vêtements de protection car les épines peuvent percer la peau. Le fruit doit être désépiné et pelé afin d'accéder à sa chair sucrée, très acide et astringente.



DISTRIBUTION

La Cylindropuntia acerbus est endémique à Yar et s'adapte facilement à toute planète comportant des déserts ou des forêts sèches. Le Désert Rouge abrite un certain nombre de zones denses où la plante s'étend sur plusieurs hectares. Il est courant de voir la faune locale avec les fruits attachés à leur peau, ce qui est le principal moyen de propagation des graines dans la nature. Certains animaux du désert se sont adaptés aux épines de la plante et ouvrent le fruit non mûr pour le consommer pendant la saison sèche. Bien que le fruit ait des propriétés hydratantes, son jus est suffisamment astringent pour provoquer une sensation de fausse déshydratation. Les habitants de Yar mettent en garde contre la consommation de ce fruit à moins qu'une autre source d'eau ne se trouve à proximité.


UTILISATIONS

Les jumping lime sont appréciées pour leur saveur et leur arôme intenses, bien que beaucoup préfèrent les manger cuits plutôt que crus. Lorsqu'ils sont grillés, une partie de l'astringence diminue et les sucres se caramélisent, transformant la chair très tannique et aigre en une chair brillante et acide. Les habitants de Yar épluchent, coupent et font mijoter les fruits avec un édulcorant jusqu'à ce qu'ils soient complètement réduits en pulpe, puis ils les filtrent et utilisent le liquide pour faire de la gelée. Le produit obtenu est très aigre et sucré, légèrement amer, et laisse une sensation de sécheresse dans la bouche après sa consommation. Alors que les humains qui ne vivent pas sur Yar considèrent cette gelée comme un goût acquis, elle est populaire parmi les Banu pour son profil de saveur complexe. Les villes de Yar, dont l’économie fonctionnée au ralentie, ont connu une croissance positive ces dernières années grâce aux exportations vers le Protectorat ou aux ventes aux Soulis de passage.

7 vues

Posts récents

Voir tout

HOMESICK