frame blue02.png

BRENTWORTH CARE CENTERS




Célèbres pour la qualité de leurs prestations, les centres de soins Brentworth se classent fréquemment parmi les meilleurs établissements de l'UEE en terme de prise en charge des patients, de satisfaction des clients et de coût. Nombreux sont ceux qui ne jurent que par leurs services, qui comprennent les soins médicaux standard, la chirurgie esthétique et les remplacements cybernétiques. Pourtant, certaines compagnies d'assurance se sont plaintes des prix gonflés pratiqués dans ces centres de soins et ont accusé l’entreprise d'augmenter artificiellement le coût des services. Certains assureurs ont même récemment menacé de refuser les demandes de remboursement. Cependant, il semble peu probable qu'il y ait un changement de sitôt, car ces prix élevés correspondent à la vision du Dr Jaleel Brentworth pour les centres de soins qui portent son nom. Dans une interview accordée à Terra Gazette, le Dr Brentworth a défendu le coût élevé en déclarant : "Ma philosophie est que le traitement du problème médical primaire n'est qu'une partie du processus. La réadaptation est une expérience qui concerne tout le corps, c'est pourquoi j'ai construit mes centres de soins en fonction de ce principe, en offrant à l'esprit et au corps le confort et les soins dont ils ont besoin pour se guérir. Et ces soins supplémentaires ont un coût."



QUALITÉ DES SOINS

Jaleel Brentworth est né sur Terre en 2829. Il y vécu une enfance heureuse et privilégiée jusqu'à ce que son frère aîné, Sajit, contracta une maladie rare du foie. Jaleel vit Sajit souffrir de plusieurs traitements expérimentaux avant de recevoir un foie artificiel. L'implant lui permit de redevenir le grand frère énergique et intellectuellement curieux que Jaleel adorait, mais avec le temps, le corps de Sajit rejeta lentement le nouveau foie. Les médecins tentèrent de corriger l'état de Sajit avec plusieurs traitements de suppression et de reconstruction nerveuse, mais cela s’avéra trop difficile pour Sajit qui décéda quelques semaines plus tard à l'hôpital. Cette perte qui dévasta Jaleel l'incita à étudier la médecine par la suite.


Il fréquenta l'Université de la Terre en Australie (UEA) où il développa un vif intérêt pour le système nerveux. Il était particulièrement fasciné par les axones, les fibres nerveuses qui conduisent les impulsions électriques, et rédigea plusieurs articles sur les moyens d'améliorer potentiellement la façon dont les implants cybernétiques et les organes artificiels se connectent et communiquent avec le corps. Ces travaux attirèrent l'attention d'un chercheur de l'UEA, le Dr Ariel Roux, qui étudiait les moyens d'inverser la dégénérescence nerveuse, l'une des principales causes de défaillance des implants. Les deux chercheurs unirent leurs recherches et commencèrent à effectuer des essais simulés des nouvelles méthodes chirurgicales proposées par Brentworth dans ses articles.


Leurs premières expériences étant prometteuses, Brentworth, après avoir obtenu son doctorat, décida de ne pas ouvrir de cabinet médical. Au lieu de cela, il rejoignit l'UEA en tant que spécialiste en chirurgie au sein de l'équipe de recherche du Dr Roux. Après des années de procédures expérimentales, le Dr Brentworth fut consterné par leurs progrès. Dans la plupart des cas, il n'y avait aucune différence mesurable entre les performances des implants chez leurs participants et les normes médicales actuelles. L'exception étant plusieurs groupes dont les opérations furent effectuées à bord d'un vaisseau stationné en basse gravité.



Le professeur Roux était convaincu que la faible gravité aidait en quelque sorte le système nerveux à mieux tolérer la greffe des implants, mais le Dr Brentworth n'était pas convaincu. Il nota que les données biométriques des participants montraient également une fréquence cardiaque et une pression artérielle plus faibles, ce qui indiquait qu'ils étaient plus détendus avant et après les procédures. Une différence qu'il attribua au fait que les participants s'étaient détendus dans les cabines luxueuse des vaisseaux pendant leur voyage aller-retour. Se rappelant à quel point son frère avait été stressé lors de son séjour prolongé à l'hôpital, le Dr Brentworth souhaita réaliser la prochaine série d'interventions chirurgicales dans des conditions de gravité normale, en donnant aux patients des chambres de qualité hôtelière pour qu'ils puissent se détendre avant et après l'opération, mais le professeur Roux rejeta cette proposition pour se concentrer sur des expériences à faible gravité. Un fossé se creusa entre les deux et ils se séparèrent amicalement peu de temps après.


Le Dr Brentworth s'installé à New York, où son partenaire avait obtenu un poste de conseiller auprès d'un sénateur. En 2862, il reçu un investissement substantiel de ses parents pour ouvrir le premier centre de soins Brentworth. Partant du principe que le niveau de confort et de soins reçus tout au long du traitement est tout aussi important que la procédure elle-même, le Dr Brentworth fit appel à architecte primé et au cabinet de design Lobi-Ross pour que le centre de soins soit à la hauteur des meilleurs hôtels. Les affaires démarrèrent lentement, jusqu'à ce que son associé, Darren, convainque un agent de sécurité du Sénat de faire examiner sa jambe cybernétique défectueuse par le Dr Brentworth. D'autres médecins lui avaient dit qu'une nouvelle jambe était la seule solution, mais le Dr Brentworth était convaincu qu'une petite procédure pourrait renforcer la greffe actuelle. Il eu raison et la rumeur se répandie rapidement parmi les membres du personnel de sécurité du Sénat que non seulement le Dr Brentworth pouvait faire des miracles mais qu'un séjour dans ses locaux était meilleur que certains hôtels. Cette notoriété grandit et finit par lui valoir sa plus grande patiente, la sénatrice Linda Beckley, qui avait subi d'horribles brûlures sur la moitié de son corps à la suite d'un accident de vaisseau. Les greffes de peau étaient si parfaites que seuls les membres de son cercle intime savaient ce qu'elle avait subie. Pourtant, une fois que la rumeur se fût répandue parmi les politiciens, les influenceurs et les célébrités que le Dr Brentworth faisait un travail exceptionnel et accordait la priorité à la vie privée, les affaires explosèrent. Même après le triplement de la taille du centre de soins, la demande était si forte que les rendez-vous étaient fixés des mois à l'avance. Bientôt, de sérieux investisseurs demandèrent des rendez-vous afin d’avoir l'occasion de convaincre le Dr Brentworth de les laisser l'aider à développer sa marque.



CONTRÔLE DE LA QUALITÉ

Le Dr Brentworth refusa d'abord de se développer en raison de ses inquiétudes quant au contrôle de la qualité des soins. Il excellait dans la microgestion, et même s'il n'effectuait pas toutes les procédures, il pouvait superviser et conseiller à tout moment. Après avoir reçu de nombreuses offres d'investissement, le Dr Brentworth vit le potentiel et décida de le faire lui-même. Il commença modestement en ouvrant d'autres centres de soins Brentworth sur Terre. Cela lui permis de choisir personnellement chaque emplacement, de superviser leur conception, de faire passer des entretiens et d'embaucher du personnel, et une fois ouvert, il était toujours joignables. Ces nouveaux sites ont rapidement eu du succès, il fallait réserver des mois à l'avance. La décision fut prise de s’étendre à d'autres sites du système Sol.

Pour accélérer l'expansion, le Dr Brentworth travailla avec des conseillers pour établir des normes exigeantes pour ses centres de soins. Aucun détail n'était trop petit. Qu'il s'agisse de s'assurer que les bonnes plantes sont sélectionnées pour le hall d'entrée ou de spécifier la température des couleurs pour l'éclairage des salles de réveil, tous les futurs centres de soins Brentworth seraient construits selon ces normes élevées. Le Dr Brentworth établi des critères tout aussi stricts en ce qui concerne les procédures médicales, en précisant notamment certains critères biométriques que les patients devaient atteindre avant une procédure ou avant de pouvoir sortir. En outre, les bénéfices du centre étaient réinvestis dans la recherche des dernières avancées médicales et dans la formation de son personnel à leur utilisation. Il est notoire que le Dr Brentworth dépensa des milliards pour mettre à niveau tous les scanners médicaux deux fois la même année, après la sortie d'un nouveau modèle légèrement plus précis. Il affirmait que rien ne détendait davantage les patients et ne les aidait à guérir que de savoir qu'ils recevaient les meilleurs soins.


Très vite, des centres de soins Brentworth ont ouvert dans tous les systèmes de l'Empire. Au début des années 2900, de nombreux autres cabinets ont tenté de reproduire la médecine de luxe du centre de soins, mais aucun n'a jamais égalé Brentworth en termes de prestige et de popularité. En 2917, le Dr Jaleel Brentworth prit sa retraite et meurt peu après à l'âge relativement jeune de 87 ans. Son partenaire a révélé à titre posthume que Jaleel souffrait d'une maladie rénale chronique et qu'il avait décidé de ne pas recevoir de substituts artificiels, plaisantant sur le fait que la seule personne à qui il aurait confié cette procédure était lui-même. Si l'homme a peu à peu disparu de la conscience publique au fil des ans, les centres de soins Brentworth continueront à porter son nom à l'avenir et à témoigner de la grande qualité des soins et de la méticulosité de l'établissement.




1 vue

Posts récents

Voir tout

HOMESICK